Actualités Social

Infrastructure de transport – Le déménagement à Andohatapenaka divise

Le ministère du Transport et de la météorologie annonce l’ouverture de la gare routière  à Andohatapenaka. Les transporteurs contestent.

Embrouillé. L’ouverture de la nouvelle gare routière à Andoha­tapenaka reliant Antananarivo et les régions Moyen-Ouest, Ouest et Nord, pour cette semaine, est incertaine. Les transporteurs des coopératives desservant ces zones refusent d’y déménager. « Nous ne pouvons pas y travailler, tant que tout ne soit fin prêt. Nous voulons à tout prix éviter que le bordel des stationnements actuels y revienne », explique Fredinard Rakotondrafara, président de l’Association des transporteurs de Madagascar (ASTRAM), hier.
Le ministère du Transport et de la météorologie à travers l’Agence des transporteurs terrestres (ATT) a pourtant, déjà informé les usagers qu’elle sera ouverte, demain. « Les coopératives de transport aménageront leur box à Andohatapenaka, du 9 au 13 février. Le 14 février, la vente des tickets et l’embarquement des passagers dans les lieux habituels seront annulées », précise le communiqué.
Les passagers sont confus. Beaucoup s’interrogent s’ils devront aller à Andohata­penaka ou à Ambodivona, à partir de mercredi. Les transporteurs n’ont pas encore préparé leurs clients sur ce déménagement.

Caisse unique
Tout laisse croire que les stationnements des coopératives axes RN4 et RN6 resteront encore à Ambo­divona et ceux des coopératives axes RN1 à Anosizato, pour un certain temps. L’organisation pour le déménagement des transporteurs à Andohatapenaka n’a pas encore débuté, jusqu’à hier. Les box restent vides, bien qu’ils aient été déjà partagés. Les marquages des aires d’embarquement et de débarquement, mais aussi des zonages par coopératives n’ont pas encore été effectués. Il n’y aurait pas encore d’agents qui vont s’occuper de la caisse unique, de la sécurité, de l’assainissement, du contrôle au départ. En outre, l’appel d’offre pour la gestion de cette infrastructure ne sera clôturé que le 22 février. Les transporteurs exigent pourtant, que l’ouverture de la gare routière n’ait lieu que lorsque le gestionnaire sera annoncé officiellement. Et selon des indiscrétions, les transporteurs auraient exigé au ministère de tutelle qu’elle soit gérée par un des leurs.
« Entre transporteurs, on se comprend », confie une source. Une requête que le ministère aurait refusée.
La mise en place d’une caisse unique départage également, les transporteurs entre eux. Certains l’acceptent. « Cela va permettre de maintenir un tarif unique pour éviter les clandestins. Cela évitera aussi parfois les accidents, les transporteurs compensent la baisse du tarif par un excédent de bagages », indique Fredinard Rakoton­drafara. D’autres refusent. « Mais il s’agit d’une concurrence !». Le directeur général de l’ATT, le général Andry Rakoton­drazaka a, par ailleurs, souligné que cette nouvelle gare routière sera ouverte mercredi. Cette infrastructure risquerait de créer une nouvelle tension entre l’État et les transporteurs.

Miangaly Ralitera