Actualités Faits divers

Trafic de tortues – Un assistant parlementaire arrêté à Ivato

Un attaché parlementaire d’un député élu à Toliara s’est fait coincer à Ivato. Il a présenté un passeport de service et un ordre de mission.

Un assistant parlementaire cloué au pilori. Les hommes du service central de la Police de l’Air et de Frontières (PAF) ainsi que les fonctionnaires des douanes ont mis la main sur cent vingt-six tortues radiées, endémiques de Madagascar, lors de l’enregistrement des passagers du vol de la compagnie Kenya Airways, à destination de Nairobi, hier.
L’étau se resserre autour d’un assistant parlementaire d’un député élu à Toliara. Identifié comme étant le propriétaire de deux grandes valises à l’intérieur desquelles les reptiles ont été dissimulés, celui-ci a été arrêté et placé en garde-à-vue.
Pour dérouter tout contrôle, le présumé contrebandier a utilisé son passeport de service. Il a, de surcroît, présenté un prétendu ordre de mission portant la signature du Président de la chambre basse. Les documents de voyage qu’il a présentés à mis la puce à l’oreille des agents vérificateurs. La PAF indique qu’il s’avère que l’ordre de mission en question serait un faux après vérification.
D’après la police, ce présumé trafiquant de tortues se serait enregistré comme étant une importante personnalité. Trahi par des gestes suspects, il s’est attiré la foudre des policiers sur place, qui, après vérification des papiers, ont procédé à une fouille de ses bagages.

Attitudes suspectes
Les cent vingt-six tortues ont été découvertes sitôt les valises ouvertes. Enveloppées dans du film en plastique, les reptiles étaient déshydratés lorsque le pot-aux-roses à été découvert.
Lors d’une enquête sommaire, l’assistant parlementaire a expliqué qu’il allait s’envoler pour le Vietnam dans le cadre d’une réunion. Mais cette affaire a stoppé net son périple vers l’Asie du Sud-est, où la vente au noir d’animaux de compagnie n’est plus un secret.
Le motif de son voyage à l’extérieur a été néanmoins remis en cause lorsque la police a mis en doute l’authenticité de son ordre de mission.
Le suspect comptait prendre une connexion à l’aéroport de Nairobi afin de pouvoir poursuivre son itinéraire jusqu’à sa destination finale mais le trafic a été mis à nu avant même qu’il ne quitte le pays. Les interpellations pourraient encore faire tache d’huile, de source policière.
Andry Manase