Actualités Faits divers

Trafic de palissandre – Un colonel enquêté dans son bureau

Un colonel de la gendarmerie nationale a subi un entretien dans son bureau, au camp du général Ratsi­mandrava, à la suite d’un trafic de palissandre, en décembre, dans lequel il est suspecté. Il est le cerveau présumé de l’affaire, selon les explications du chef de commissariat de la sécurité publique de Betafo qui a réalisé ensemble l’enquête avec le chef du service central des affaires criminelles (SCAC) à Anosy.
Cet officier supérieur de la gendarmerie a nié le fait, les quatre-vingt rondins de palissandre saisis à bord d’un camion, à Betafo, le 25 décembre 2017, ne lui appartiendraient pas. Pour­tant, il a avoué qu’il connaît bien l’un des trois individus pris avec le poids lourd, déjà derrière les barreaux.
Concer­nant le sous-officier subalterne, un gendarme de première classe, secrétaire du colonel, il ne s’est jamais présenté à l’enquête, selon toujours les explications.
La police s’est rendue à Miandrivazo pour auditionner un caporal également impliqué dans cette affaire, mais elle a été empêchée faute de feu vert du haut-gradé de l’armée.

H.L.

2 commentaires

Cliquez pour commenter

  • si je comprends bien, parce qu’il est haut gradé de la gendarmerie, il est intouchable ! dans cette affaire, ont été mis en prison, le chauffeur ainsi que le bucheron… mais pas le commanditaire ! incroyable ! ça ne vous choque pas à l’express ? ah oui j’oubliais… pas de risque… pas bon pour la carrière !