Actualités Faits divers

Morondava – Des bandits braquent un couvent

Les sœurs de la Congrégation du Sacré-Cœur de Raguse à Namahora nord ont été attaquées, mardi. Trois hommes sont déférés au parquet.

Braquage. Une congrégation catholique italienne implantée à Namahora Nord, dans la commune urbaine de Morondava, région du Menabe, a été la cible des bandits, mardi, vers 16 heures. Les malfaiteurs, dont un ancien jardinier de la communauté, ont poursuivi une sœur économe de l’institut supérieur catholique de Menabe (ISCaMen) jusqu’au couvent. Elle venait de recevoir les frais de scolarité de quelques étudiants avant de rentrer l’après-midi, selon les premiers éléments de l’investigation. « La novice a mis l’argent dans son sac à main. Puis, elle l’a posé sur la table lorsqu’elle est allée se préparer aux vêpres », a raconté une source au sein de l’abbaye.
Le maraîcher, viré au mois de juin 2017, s’est caché dans les parages et a donné le signal à ses deux complices pour passer à l’action. Ces derniers se sont faufilés dans la chambre de cette sœur et ont raflé la bourse, ainsi que deux téléphones portables.
Les cambrioleurs ont fui avec le butin, mais ne sont certainement pas passés inaperçus aux yeux des sœurs. Ces dernières ont crié « aux voleurs ».

Intervention
En coup de vent, une centaine de voisins est intervenue. Les voleurs se sont embusqués dans un coin un peu plus loin pour couper la poire en deux avant de se séparer. Dénichés en plein partage, l’un d’entre eux a été capturé, tandis que les deux autres ont réussi à s’échapper en abandonnant leur part de gâteau.
Certains habitants ont déjà crié haro sur le baudet. Du coup, il fallait immédiatement prévenir le commissaire de la sécurité publique de Morondava pour qu’il fasse diligence sur le terrain. Le captif a reçu un coup de marteau en pleine face, selon le constat des forces de l’ordre. Les frais de scolarité, valant 900 000 ariary, et les portables ont été récupérés et remis à leur propriétaire.
Mis en examen pour vol avec effraction, le pillard a pointé ses deux coauteurs, résidant au fokontany de Betsipotika. Ceux-ci se sont fait cueillir à leur domicile, mercredi, et ont été également placés en garde-à-vue. Traduits devant le parquet, hier soir, les trois braqueurs ont été mis à l’ombre jusqu’à ce qu’ils se présentent à la barre du tribunal de première instance de Morondava.

Hajatiana Léonard