A la une Politique

Élection – Les handicapés ignorés par les candidats

L’accessibilité est un problème majeur pour les personnes handicapées. 

Le cas des personnes en situation de handicap est absent des discours de campagne. Ils comptent pourtant près de 15% de la population dont près de la moitié sont des électeurs.

À l’écart des débats. Etre considéré com­me des citoyens à part entière est la lutte quotidienne des personnes en situation de handicap (PSH). Un combat qui semble encore loin d’être gagné à l’écoute des discours électoraux. Que ce soit durant la précampagne ou maintenant, en période de campagne électorale officielle, les conditions des PSH sont occultées.
Les candidats misent, essentiellement, sur le volet social et les problèmes du moment de la population, notamment, les plus défavorisés pour séduire l’électorat. A l’instar de leur condition au sein de la société, les PSH semblent tenus en marge des programmes et discours de propagande martelés. Sur les trente-six candidats, le seul qui aurait indiqué avoir un chapitre concernant les personnes handicapées dans son programme serait le candidat André Christian Dieu Donné Mailhol.
« J’ai été agréablement, surpris. C’est la première fois qu’un candidat à la présidentielle affirme avoir une ligne concernant les personnes en situation de handicap dans son programme. Entre avoir un programme et concrétiser, il y a un pas à franchir », déclare Haingo Ratobimiarana, coordonnateur du projet Vohatra asa, de la fédération des aveugles de Madagascar.
Fela Razafinjato, présidente de l’Association des femmes handicapées de Madagascar (AFHAM), indique, toutefois, que le candidat Mailhol a abordé le cas des PSH en réponse à une question qui lui a été posée par une personne dans l’assistance lors d’une émission télévisée. Elle déplore que dans les discours et exposés des programmes, aborder l’amé­lio­ration des conditions des personnes en situation de handicap ne soit, de prime abord, pas systématique.

Quart de la population
« Nous avons l’impression d’être laissés pour compte, de ne pas être considérés comme des citoyens, comme des électeurs dont les voix comptent », regrette la présidente de l’AFHAM. Elle souligne, pourtant, le fait que les PSH comptent 15% de la population. « Environ la moitié de ces 15% sont en âge de voter. Près de 7% des électeurs sont donc, des personnes en situation de handicap », souligne-t-elle.
Fela Razafinjato concède qu’il y a des efforts à faire de la part des PSH pour rappeler que nous sommes des citoyens, que nos voix comptent, mais la société doit, aussi, faire un effort. Cela commence par prendre en compte leurs conditions particulières dans les programmes de gouvernance. S’agissant de l’amélioration des conditions des PSH il est question, par exemple, de l’accessibilité, l’inclusivité de l’éducation et l’enseignement supérieur, ou la mise en place de système éducatif spécialisé, ainsi que l’amélioration de la couverture santé et des institutions spécialisées.
L’inclusivité et l’accessibilité professionnelle et sociale sont soulignées. « L’accessibilité nous permettra de vivre et de prendre nos responsabilités comme des citoyens à part entière », soutient Fela Razafinjato. Elle déplore que même pour prendre part aux opérations de vote, l’accessibilité pose déjà problème. « Comment voulez-vous que les personnes en situation de handicap prennent part au vote alors que la grande majorité des infrastructures où se trouvent les bureaux de vote leur sont inaccessibles ? », lance-t-elle.
La présidente de l’AFHAM ajoute qu’une personne sourde, par exemple, ne pourra pas connaître le programme des candidats s’il n’y pas de traduction en langage des signes. Ce qu’aucun des candidats ne prévoit. Haingo Ratobimiarana, regrette que les personnes aveugles ne peuvent pas jouir du droit de vote secret et de voter par eux-mêmes, car la configuration du bulletin unique les oblige à être accompagnés par une tierce personne pour cocher la case de leur candidat.
« Certes, nous devons faire des choses pour rappeler que nous sommes aussi des citoyens et que nous sommes là. Mais la société doit, aussi, faire sa part d’effort », tonne Fela Raza­finjato. Durant ce processus électoral, pour se rappeler au bon souvenir des candidats, l’AFHAM prévoit d’organiser une émission impliquant les deux qualifiés au second tour. Les PSH s’activent, également, au sein des organisations de la société civile œuvrant dans le processus électoral et certains seraient même inscrits comme membres de bureau de vote.

7 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ny antony dia tsotra fa ireo izay maro an’isa ihany no entanina satria ireo no mety handany azy, nefa izany zavatra ataony izany dia midika fa tsy hoan’ny vahoka malagasy iray manontolo izy, anisan’izany moa ingahy ravalomanana izay tena mizaha tavan’olona mihitsy.

  • Aza mora kivy isika fa raha mbola ny filoha Hery no mitondra eo dia mahazo matoky ianareo fa voajery hatramin’ny madinika mihintsy. Efa nitsinjo antsika izy ary mbola hitsinjo antsika hatrany fa mahazo hametrahana ny fitokisana tsara io kandidat io.

  • Ieny eh maro amin’ireo kandidà no mety tsy mba manao jery todika amin’ireo manana olana ara-pahasembanana fa inoako kosa angamba fa tsy anisan’izany ny kandidà laharana faha 12, satria tsy ankifidy sarangan’olona ny azy ny fampandrosoana ny firenena ary tsy an-kifidy sehatra ihany koa!

  • Iza moa no tena mpanavaka amin’ireto kandida ireto fa tsy i Dada.Ay kay izany tsy vitan’ny manavaka foko ihany i dada fa havahany ihany koa ireo sembana. Ahoana no tokony hanekena filoha manavaka toy izany.

  • Ny fahasembanana ara-batana tsy midika akory fa tsy manan-jo ry zareo! olona tahaka ahy sy ianao ihany izy ka tokony omena ny toerana sahaza ho azy, indrindra @zao fotoanan’ny fifidianana izao.

  • Je suis d’accords que certains de ces candidats ne désignent pas des personnes handicapées,je suggère les personnes handicapées, mais si président Hery revient au pouvoir, il vous regardera et donnera de la valeur aux personnes handicapées.

  • Raha i Rajoelina aloha tsy antenaina hijery azy ireo satria ny azy ireo izay ahitany tombotsoa manokana ihany no antoniny. Tsy mirara ireo vitsy an’isa izy ary porofo mazava fa na izy ary no tonga eo tsy hijery ireo izy.