Faits divers

Alasora – Une dispute conduit à une saisie d’armes

Ce double coup de filet a été réalisé à Alasora.

La dispute entre deux agents de sécurité a fini par une grosse saisie d’armes et une double arrestation, le weekend dernier, à Alasora.

Pot aux roses découvert. Un agent de sécurité, fabricant d’armes et un présumé bandit se sont fait arrêter, dans une même maison, le weekend à Alasora. Un fusil de chasse de fabrication artisanale, un vrai revolver, une balle de kalachnikov, treize étuis de pistolet automatique et plusieurs outils de confection d’armes ont été saisis par la gendarmerie locale.
C’était une rixe entre ce vigile et son collègue dans leur lieu de travail, le vendredi 5 octobre qui a conduit à cette grosse saisie. Tous les deux s’en sont pris physiquement pour une raison non révélée, puis, l’un menaçait l’autre avec un fusil de chasse. Ce dernier surpris par cette détention d’arme s’est alors écarté. Puis, il a dénoncé son coéquipier au service de la gendarmerie.
Le lendemain, dans la nuit, des gendarmes se sont donné rendez-vous avec la victime pour effectuer une perquisition au domicile du suspect. Celui-ci est, pourtant, venu cette nuit-là chez son collègue dénonciateur. Les trois interventions ont alors coïncidé.

Coups de filet
Sur les lieux mêmes, le gardien armé a été mitraillé de questions au sujet de la carabine. Pour continuer, les gendarmes se sont dirigés vers sa maison où deux types d’armes, des munitions et accessoires servant à fabriquer des flingues ont été saisis. Le suspect a nié en bloc certains faits sur lesquels il est reproché. « Selon lui, le matériel d’assemb­lage ne lui appartient pas. Pourtant, il sait bien manipuler une arme », a signalé un sous-officier.
Dans la foulée, les éléments des forces de l’ordre ont embarqué cet agent de sécurité pour le placer en garde-à-vue et l’enquêter au poste. Le dimanche, ils ont, encore une fois, été mis au parfum de la présence d’un présumé auteur de braquage à main armée dans les environs d’Alasora. Des renseignements avérés ont permis un deuxième coup de filet. En fait, le malfaiteur a été retrouvé logé dans la maison du gardien arrêté.
Tous les deux ont été cuisinés à la gendarmerie avant d’être traduits au parquet à Anosy, hier dans la soirée. Leur comparution devant le juge d’instruction a duré des heures. Les charges semblaient suffisantes pour les mettre au frais, a appris une source auprès du tribunal de première instance.