Océan indien

Maurice – Les travaux de la commission d’enquête sur la drogue très attendus

La société mauricienne attend avec impatience les conclusions de la Commission d’enquête sur la drogue. Après deux ans de travaux et beaucoup de bruits politico-médiatiques, cette commission devrait remettre son rapport aux autorités dans les prochains jours. La drogue est le fléau numéro un dans l’île. Et c’est la deuxième fois que les autorités politiques confient à un juge d’enquêter sur les ramifications du trafic et les failles de la répression.
Trente-deux ans après une première commission d’enquête sur la drogue qui a marqué l’histoire du pays, Maurice s’apprête à découvrir les conclusions de nouvelles investigations sur un fléau qui a pris, entre-temps, une autre ampleur.
Ces deux dernières années, pendant que la commission menait ses travaux, l’île a assisté à des prises record, notamment 42 kilos d’héroïne à La Réunion et trois Mauriciens arrêtés, 135 kilos dans le port de Maurice et une traque qui a abouti à l’arrestation d’un Mauricien au Mozambique, et puis le mois dernier 140 kilos saisies à Madagascar avec trois Mauriciens impliqués.
Le trafic de drogue, qui n’a jamais cessé d’agiter la société mauricienne, s’est régionalisé en même temps qu’il est devenu plus sophistiqué. Les autorités s’attendent à ce que la nouvelle commission sur la drogue dénonce les failles de la répression.
Dirigée par l’ancien et intraitable juge Paul Lam Shang Leen, elle a auditionné pendant deux ans plus de trois cents personnes, épluché les comptes bancaires de certains avocats et personnalités politiques. Ce fut un long psychodrame, qui pourrait s’amplifier avec le rapport d’enquête qui sera remis incessamment aux autorités politiques.

© RFI