Social

Recensement 2018 – Le dénombrement traîne

A part le retard de paiement des indemnités, les zones enclavées rendent difficile l’opération de dénombrement.

 

Aucun résultat complet. Le recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) ralentit. Si la date prévue pour l’achever était le 10 juin, le recensement ne pourrait être terminé qu’en fin juin, selon l’estimation du directeur général de l’Institut national de la statistique (Instat), hier lors d’une conférence de presse à Anosy. « Nous souhaitons que le dénombrement se termine avant la fête de l’Indépendance mais je l’estimerai en fin juin », affirme Ida Clément Rajaofera, directeur de l’Instat.
Les résultats reçus jusqu’au 9 juin rapportent que 70% des Tananariviens ont été dénombrés. 80% du dénombrement sont faits pour Vakinankaratra. Les résultats complets n’existent pas encore.

Les régions Analamanga 1,2 et 3, Itasy, Ihosy, Anosy, Androy et Vatovavy Fito­vinany ont débuté le dénombrement comme prévu, ce qui fait qu’ils sont encore en avance. Peu de personnes vivent dans les régions comme Androy et Ihosy. Le chiffre gonfle dans la partie Est de Madagascar d’après l’explication du directeur. La population a fortement augmenté. Aucune donnée n’a été fournie par la région Sofia 2 jusqu’à maintenant.

Inaccessibilité
Les agents recenseurs font face à différents obstacles en chemin. « Les agents recenseurs s’exposent à différents risques sur terrain surtout dans les zones très enclavées. Il faut souligner que 40% des Communes sont inaccessibles par voitures. Des agents recenseurs ont dû marcher à pied sur des kilomètres de routes secondaires pour trouver les foyers. Les chefs fokontany travaillent également en donnant l’autorisation car il existe certains lieux où les coutumes doivent être respectées. D’autres zones nécessitent aussi l’escorte des gendarmes à cause de l’insécurité comme les régions Boeny et Melaky. Des attaques de bandits se manifestent souvent. Les agents recenseurs ont dû être escortés par des gendarmes », explique t-il. Il poursuit que le retard du paiement est lié également à cette inaccessibilité. Certains agents recenseurs ont reçu leurs indemnités en envoyant l’argent par d’autres moyens. Tous les résultats doivent passer aux superviseurs et au cas où des incohérences se produiraient dans les informations recueillies par les agents recenseurs, ces derniers doivent revenir une deuxième fois sur le foyer.