Culture

Fête de la musique – Trois artistes de styles différents à l’affiche

Rassembler un public diversifié autour d’un même concert est le concept que l’IFM propose avec Fanaiky Quartet, Olo Blaky et Matsubara au répertoire pour faire la fête.

Fanaiky Quartet, Olo Blaky, et Matsubara ont chacun leur style de musique. A eux seuls et sur une même scène, ils arrivent à toucher toutes les générations. Fanaiky n’est plus à présenter dans l’univers du jazz avec ses riches années d’expériences. Et Fanaiky Quartet a de quoi surprendre dans ce registre qui compte pas mal d’adeptes dans la capitale. Olo Blaky, quant à lui, se positionne merveilleusement bien dans le domaine de la musique urbaine actuelle dont les jeunes consomment à volonté. Et Matsubara avec son « world music » à résonnance « beko » fait des heureux, surtout après la sortie de son titre « Malaso » utilisé pour la bande sonore d’un film sur les « dahalo ».
Ces trois groupes ont été spécialement choisis pour incarner l’esprit festif de la Fête de la musique à l’Institut Français de Madagascar ou IFM le soir du jeudi 21 juin à partir de 19 heures.

Varier le plaisir
« Nous avons essayé de faire de la programmation la plus diverse possible, qui traverse aussi tous les genres musicaux et toutes les générations. Ça respecte clairement l’esprit de la Fête de la musique. Ces trois groupes à l’affiche répondent à notre concept. Ils ont chacun un vrai travail à présenter, de vrai répertoire, et de la notoriété. Ce sont des artistes qui touchent différents publics. Et ce côté intergénérationnel qui est intéressant. Chaque groupe va faire une prestation de quarante minutes environ pour l’occasion. Ce sera un concert gratuit. Tout le monde peut venir dans la limite des places disponibles. Il n’y aura pas de cartons d’invitation à retirer au préalable. On ouvrira les portes à partir de 18 heures30 jusqu’à ce que toutes les places soient prises », précise Rina Ralay-Ranaivo, animateur culturel au sein de l’IFM.
A chaque édition de la Fête de la musique, l’IFM tente de proposer un concept différent. « Il fut un temps où on n’a fait produire que des artistes femmes. Puis, les groupes évangéliques aussi ont marqué une édition. Pour nous, la Fête de la musique est vraiment le moment où on peut monter des choses un peu plus différentes, des choses qui correspondent à l’imaginaire des gens par rapport à ce que c’est la musique. Et varier le plaisir à chaque édition », explique l’animateur culturel tout en conviant tout le monde à venir célébrer la Fête de la musique avec ces trois grands noms de la musique malgache à l’IFM.