Social

Epidémie Ebola – Contrôle sanitaire strict à l’aéroport

Madagascar n’est pas totalement protégé de l’épidémie d’Ebola. Le ministère de la Santé publique renforce le contrôle des passagers au niveau des aéroports.

Activité pré épidémi­que. Tous les passagers qui débarquent à l’aéro- ­port international d’Ivato sont soumis à un contrôle sanitaire strict. Des agents du ministère de la Santé publique dépistent ceux qui peuvent présenter les signes cliniques de l’épidémie de fièvre Ebola, pour éviter que cette maladie mortelle ne se répande sur le territoire. «C’est mieux d’être vigilant, car nous sommes en contact direct avec l’Afrique, avec des vols qui passent en Éthiopie, en Johannesbourg, et à Nairobi », a expliqué le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la Santé au sein du ministère de la Santé publique, hier.

Les agents de santé de l’équipe de la surveillance à l’aéroport d’Ivato prennent la température des voyageurs et vérifient les fiches médicales qu’ils remplissent à leur arrivée, qui mentionnent, entre autres, le pays d’embarquement et les pays visités durant les derniers mois, ou encore, l’état de santé du voyageur pendant les derniers mois.
Des traitements spéciaux sont effectués pour les passagers en provenance de la République Démocratique de Congo (RDC) qui séjournent chez nous. Ils doivent obligatoirement laisser leurs coordonnées aux autorités sanitaires. Depuis le début de ce contrôle sanitaire à l’aéroport d’Ivato, le 24 mai, neuf personnes, qui venaient de ce pays anéanti par la maladie, ont été suivies, dont une le 3 juin et une autre, le 8 juin. «Elles n’ont pas été malades à leur arrivée et n’avaient pas de fièvre. Nous avons juste pris leurs coordonnées pour les contacter et faire le suivi de l’évolution de leur état de santé », renchérit la source.

Prudence
Le ministère de la Santé publique rassure que le virus n’a pas encore débarqué sur l’Ile. Aucun cas suspect n’aurait été détecté, jusqu’à présent. « Ces personnes suivies se portent toutes bien. Il n’y a rien à craindre », enchaine le Dr Manitra Rakotoarivony.
Cette action menée par le ministère de la Santé publique et recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est une activité pré-épidémique. Tous les aéroports et ports de Madagascar ont été alertés sur la nécessité de contrôle et de sensibilisation. Les aéroports, à savoir, Nosy Be, Antsiranana, Taolagnaro, Ivato, disposeraient d’un centre d’isolement, pour la prise en charge des cas suspects, un dispositif déjà mis en place en 2014, lors duquel cette maladie virale a fait parler d’elle, en Afrique de l’Ouest.
Tous sont appelés à faire preuve de prudence face à cette épidémie, dont les signes cliniques ressemblent aux syndromes grippaux, fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, frissons, accompagnés d’hémorragie interne. Le virus se transmet au contact de fluides corporels comme le sang. Ce contrôle sanitaire au niveau des aéroports serait maintenu jusqu’à ce que l’épidémie soit maîtrisée à la RDC.