Politique

Grand débat national – Mobilisation des Français de Madagascar

Ne pas rater le coche. Les conseillers consulaires français veulent impliquer leurs compatriotes à Madagascar, dans le Grand débat national qui se tient en France depuis quelques semaines. À l’initiative d’Emmanuel Macron, président français, cette démarche consiste à « redonner la parole aux Français sur l’élaboration de la politique publique qui les concerne ». Une réponse, également, aux revendications des gilets jaunes.
Jean Hervé Fraslin, conseiller consulaire, explique que « c’est une invitation à tous nos compatriotes à Madagascar, quelle que soit leur opinion, de s’exprimer sur les services. En tant que Français qu’ils s’expriment sur leurs attentes de l’administration française de Madagascar. Qu’est-ce qu’ils pensent, aujourd’hui, des forces et faiblesses, de la qualité et des défauts des services qui leur sont fournis ».
Le Grand débat national porte sur quatre thèmes que sont la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté, ainsi que l’organisation de l’État et des services publics. À Madagascar, les conseillers consulaires ont proposé le rajout de deux autres thèmes que sont les services consulaires français à Madagascar et l’enseignement français à Madagascar.
« Les préoccupations principales pour les Français de Madagascar sont l’accès au service consulaire, et à l’enseignement français. Si les arbitrages budgétaires se font en défaveur de Madagascar, la qualité des services risque de continuer à se dégrader, notamment, à cause de la réduction du personnel », indique Jean Hervé Fraslin. Pour se faire entendre donc, des cahiers de doléances et de propositions seront mis à a dispositions des citoyens français auprès de toutes les écoles françaises de la Grande île et l’Institut français de Madagascar (IFM).
Des réunions seront, ensuite, organisées à Tolagnaro, le 14 février, à Mahajanga, le 19 février à Toamasina et à Antananarivo, le 4 mars. Les doléances et propositions collectées seront consignées dans une synthèse qui sera remise au ministre chargé des Français à l’étranger, à l’ambassadeur et au consul général de France.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • J’espere qu’il sera moins « branleur »que son predecesseur que je n’ ai JAMAIS rencontre depuis que je suis a MADA?,de plus le « bidule » de MACRON …..? , surtout pas « com….plice ».