Culture

Art contemporain – Madagascar à la Biennale de Venise

Une des œuvres de Joël Andrianomearisoa qui a une imagination sans limite dans l’art contemporain.  

Madagascar participe à la Biennale de Venise par le biais de l’artiste Joël Andrianomearisoa. Des détails sur la plus vieille exposition d’Europe et la plus prestigieuse au monde, sont relatés.

La 58e Biennale de Venise se tiendra du 11 mai au 24 novembre de cette année. Joël Andrianomearisoa représentera la Grande Ile, pour la première fois, à cet événement d’envergure planétaire de l’art contemporain, l’équivalent des Jeux Olympiques ou le Festival de Cannes pour les autres disciplines.
« May you live in interesting times » est le thème de la Biennale de Venise 2019. Madagascar participe à cette exposition pour la première fois dans l’histoire. C’est l’artiste Joël Andrianomearisoa qui sera notre porte-étendard. Il est multidisciplinaire et a déjà exposé ses œuvres dans plusieurs grandes villes du monde. Il sera aux côtés des commissaires Emmanuel Daydé et Rina Ralay-Ranaivo, durant cette exposition. Notre pavillon se situera dans l’Arsenale Artiglierie. Joël Andrianomearisoa présentera, en avant première pour le public local, son travail au Kudeta Carlton le 19 février à 10 heures 30, avant de se focaliser totalement sur la Biennale de Venise.
Créée en 1895, la Biennale de Venise est la plus vieille d’Europe et aussi la plus prestigieuse dans le monde. Deux ans plus tard, l’expérience est répétée et le nom de « Biennale » lui est donné. Elle comprend deux volets. L’architecture et l’art contemporain, ces deux thèmes alternent d’une année à une autre, confirmant ainsi l’appellation de biennale, mais l’événement se tient à un rythme annuel. Cette année, c’est l’art contemporain qui va déployer toute sa splendeur à Venise aux yeux du monde entier. De l’Arsenale au Lido, la Biennale prend réellement possession de la lagune vénitienne. C’est sur la queue du poisson qu’on trouve les principaux lieux d’exposition. À côté de l’Arsenale, les « Giardini » sont semés de pavillons construits au fil des premières éditions. Leurs styles variés retracent l’histoire de l’architecture du XXe siècle et justifient déjà la visite. En grandissant, la Biennale a disséminé ses pavillons dans les palais de la ville entière. Les portes des demeures majestueuses et autres « palazzi » s’ouvrent au public et Venise devient un gigantesque lieu d’exposition.
Depuis 1999, les anciens bâtiments de l’Arsenale où étaient construits les navires de la flotte vénitienne, se transforment en un vaste musée où se tient l’exposition dédiée au thème principal, choisi par le conservateur. Ce dernier, désigné parmi les figures importantes du monde de l’art contemporain ou de l’architecture, définit le thème majeur de l’édition.

Fréquentation en 2018
Une centaine de pavillons nationaux accueillent les pays participants, d’une façon pérenne pour certains, changeante pour d’autres. Dans les pavillons nationaux, chaque pays invite un commissaire à interpréter le thème afin d’exposer ses artistes nationaux.
Avec une durée étendue à plus de six mois depuis les deux dernières éditions, l’événement a connu une fréquentation record l’an passé. Six cent quinze mille visiteurs dont 55 % venus de l’étranger, ont parcouru les divers lieux de la manifestation à laquelle participaient cent vingt artistes de quatre-vingt-six pays différents.
L’art contemporain a le vent en poupe pour pouvoir surfer sur la vague de la Biennale de Venise.