Faits divers

Antohomadinikia – Un pasteur abattu par des bandits

Un pasteur d’une quarantaine d’années a été abattu à bout portant en pleine tête par un des trois braqueurs qu’il poursuivait, hier midi, à Antohomadinika.

Malencon-treux. Le pire a saisi un pasteur quadragénaire, hier vers midi, à Antohomadinika, en face de l’espace Vatomanga, alors qu’il a volé au secours d’une dame braquée par trois hommes armés. Ces derniers, dont deux encagoulés, lui ont tiré une balle à bout portant à la tête quand il s’est efforcé de les appréhender.
D’emblée, les bandits auraient emboité le pas de la femme et l’ont chargée dès qu’elle est descendue d’un taxi. Le chauffeur et elle ont eu le couteau sous la gorge sur un parking où ils se sont garés après les courses. «Surpris par les malfaiteurs et menacés, ils n’ont pas résisté. La dame s’est fait dérober sa sacoche. Elle a crié à l’aide après le depart des malfrats », a relaté un magasinier, témoin oculaire de la scène. Ayant entendu cet appel au secours et vu les voleurs courir, le pasteur s’est lancé à leur poursuite. Sur un pont, non loin du lieu du crime, il a rattrapé l’un des brigands avec le sac. Les deux autres fuyards sont rapidement revenus vers eux pour lui tirer dessus avec une arme à feu, suivant les témoignages recueillis. Le butin a tout de même été récupéré.
Opération de bouclage
À terre, le quadragénaire s’est évanoui. La balle a perforé sa tête. Grièvement blessé, il a été transporté d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra), à Ampefiloha. « Il a tout de suite été admis au service des urgences pour tenter des manœuvres de réanimation. Il n’a malheureusement pas survécu à ses blessures. Aucun soin n’a pu être entamé. La dépouille a donc été transférée à la morgue », a déploré un urgentiste.
Le gang a profité de la consternation des habitants pour prendre le large dans les méandres du quartier. Des policiers alertés des faits se sont mobilisés pour le retrouver. Du coup, l’opération de bouclage a été renforcée dans les environs d’Antoho­madinika, jusqu’à Ankazo­manga, Andraharo et Andranomahery Ankoron­drano. D’après les renseignements, la bande a emprunté la route d’Ankazo­manga vers Andraharo pour enfin disparaître dans des rizières.
Vers 13h, quatre éléments armés de l’unité d’intervention rapide (UIR) se sont dépêchés à moto, à Andrano­mahery pour ratisser la zone. Ils y sont restés quelques minutes, mais n’ont apparemment rien trouvé.
Aucune arrestation n’a été signalée plusieurs heures après ce vol à main armée suivi de meurtre.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité