Culture

Exposition – Zoom sur l’histoire économique de Madagascar

De G à Dr : Pierre Bernard, FTHM consulting, Jean Paul Clément, AFT et Fano Andriamahefazafy responsable de la mention économie DEGS.

Nourrir l’esprit critique chez les individus pour les élever au rang de citoyen.

Éducation citoyenne. L’ouverture de la 2ème édition de l’exposition sur l’histoire économique de Madagascar depuis 1960 se tiendra durant la semaine du 22 octobre. Informer et éduquer le grand public, c’est le message que Fano Andriamahefazafy, responsable de la mention économie à la Faculté DEGS Ankatso, de concert avec Pierre Bernard associé au cabinet Finances Technology Human resoursces Management (FTHM) consulting et Jean Paul Clément directeur général de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) souhaitent faire passer durant le point de presse, tenu au hall de l’AFT hier.
L’exposition du 23 octobre au 3 novembre et la série de conférences du 24 au 26 octobre respectivement à l’alliance française et à la faculté DEGS Ankatso
présenteront et traiteront de diverses thématiques économiques se rapportant à la performance économique de Madagascar entre la période de l’indépendance à aujourd’hui.
L’objectif étant, semblablement à la première édition de 2016, de sensibiliser tout un chacun sur l’histoire socioéconomique de Madagascar.

Du passé vers l’avenir
«Il est nécessaire de voir l’Histoire avec des éléments chiffrés pour se projeter dans l’avenir», selon le responsable de la mention économie à la faculté DEGS. L’éducation de la culture citoyenne présente plusieurs lacunes. La connaissance des avancées et arriérés sur le plan économique ouvre en perspective la critique dans la gouvernance.
Dans l’application de stratégies socioéconomiques pour le développement du pays, la conscience citoyenne constitue un trait de caractère incontournable à l’efficacité et l’efficience effective des actions mises en œuvre. «Il est nécessaire de voir l’Histoire avec des éléments chiffrés pour se projeter dans l’avenir », réitère Fano Andriamahefazafy. L’Etat de droit, la redevance, l’indépendance de la justice, la corruption, etc. sont des exemples de sujets à soumettre au débats de fond.

Narindra Randriananja