Actualités Politique

Planification locale – Maitriser le développement durable

Lalao Ravalomanana, co-présidente de l’AVCOI (à g.) et Malik Sarr, directeur du bureau régional de l’OIF.

Un atelier sur la planification locale se tient pendant trois jours au Carlton. L’intégration des Objectifs du millénaire pour le développement est au menu.

S’informer et se former. Tel est l’objectif de l’atelier de trois jours qui se tient au Carlton Anosy depuis hier, et qui verra cent cinquante participants issus des villes et communes de Madagascar et d’autres pays de l’océan Indien, réfléchir ensemble pour intégrer les Objectifs de développement durable (ODD) dans les planifications locales. Ils seront composés de représentants des institutions publiques en charge de la décentralisation et des organisations non gouvernementales, des incubateurs et des entrepreneurs.
À part la sensibilisation, formations et partages d’expérience sont prévus pendant cet atelier. « Les communes et les villes font souvent face à des urgences qui mobilisent les élus mais le développement durable d’une ville ne peut se faire sans une planification locale cohérente d’où le grand intérêt que nos portons à cet atelier », soutient Lalao Ravalomanana, maire de la Ville d’Antananarivo et co-présidente de l’Asso­ciation des villes et des communes de l’océan Indien (AVCOI).
Défini en 2015 pour remplacer les objectifs du millénaire pour le développement (OMD), les ODD sont constitués de dix-sept objectifs et cent soixante-neuf cibles. Malik Sarr, directeur du bureau régional de l’Orga­nisation internationale de la francophonie (OIF) explique que plusieurs objectifs et cibles de l’ODD s’adressent aux collectivités locales surtout dans un contexte de décentralisation. « Dans certains pays, 60% des objectifs et cibles relèvent pour tout ou partie des compétences municipales. L’implication de l’échelle locale dans la phase d’opérationnalisation du cadre de collaboration mondiale est la condition sine qua non à la réalisation des ODD », poursuit-il.

Mobilisation des atouts
À l’issue de cet atelier, il est ainsi attendu que la connaissance des participants sur les ODD s’améliore. Par ailleurs, ils apprendront à utiliser des outils testés et avérés dans plusieurs communes d’autres pays comme le Togo et le Burkina Faso. «La réussite d’un programme repose en partie sur la capacité des collectivités décentralisées à mobiliser tous les acteurs locaux, à communiquer et à assurer la mobilisation de tous dans l’identification des actions prioritaires pour le développement de leur territoire respectif », soutient Gervais Rakoto­nirina, directeur de cabinet du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. Invité à partager avec les participants son expérience avec les autres sur le développement du partenariat public privé, Jean Christian Irenée Andrianaivo Rako­tobe, maire de la commune d’Alakamisy Fenoarivo profite également de ces
ateliers pour renforcer un renforcement de capacités. « Il n’y a pas d’école de maire. C’est à travers ces ateliers que nous améliorons nos connaissances et nos compétences », soutient-il.
L’article 149 de la Consti­tution dispose que « Les communes concourent au développement économique, social, culturel et environnemental de leur ressort territorial. Leurs compétences tiennent compte essentiellement des principes constitutionnels et légaux ainsi que du principe de proximité, de promotion et de défense des intérêts des habitants ». Ainsi, ces collectivités territoriales décentralisées disposent des plans communaux de développement qui ne tiennent pas forcément compte des ODD et dont la mise en œuvre dépend des ressources disponibles. « Planifier c’est bien mais réaliser est
mieux », conclut Gervais Rakotonirina.