Océan indien

Transport aérien – Des débris du MH370 retrouvés à Madagascar

Le ministre malaisien des Transports avec la pièce officiellement identifiée.

Le ministre malaisien des Transports vient de confirmer qu’un débris retrouvé en novembre dernier au sud-est de Madagascar proviendrait du B.777 200 ER assurant le vol MH370.

Le 8 mars 2014, le Boeing 777 200ER de la Malaysia Airlines assurant le vol MH 370 Kuala Lumpur – Pékin disparaissait peu après son décollage. Cinq ans après, on ne sait toujours pas ce qui est arrivé aux deux cent vingt sept passagers, dont trois Français, et aux douze membres d’équipage du vol MH370.
Les recherches entamées en mars 2014 au large de l’Australie ont été interrompues en janvier 2017 après que 120 000 km2 d’océan ont été ratissés. Ocean Infinity, une entreprise privée qui, dans la foulée, avait repris le flambeau a prospecté en vain 112 000 km2 plus au nord. La société américaine avait conclu un accord avec les autorités malaisiennes. Si l’épave était découverte dans les 90 jours, elle empocherait jusqu’à 70 millions de dollars. Ocean Infinity a à son tour jeté le gant en mai 2018.
«Nous sommes dans l’incapacité de déterminer les causes réelles de la disparition du MH370», avouait le pool d’enquêteurs dans le rapport d’enquête final dévoilé le 30 juillet 2018. L’avocat américain Blaine Gibson lui s’est toujours refusé à jeter le gant. Passionné par le mystère du vol MH370, il traque depuis 2015 les indices d’un bout à l’autre de l’océan Indien (voir par ailleurs).

Confirmation
Ses efforts ont été récompensés. Une pièce qu’il a découvert au Mozambique s’est révélée être un morceau de la partie supérieure du stabilisateur horizontal droit d’un B.777. Les autorités malaisiennes viennent de confirmer que l’un des cinq débris trouvés à Madagascar en novembre de l’année dernière par l’avocat américain provenait selon toute vraisemblance du B.777 de la Malaysian Airlines. Quatre autres sont en cours d’identification.
Blaine Gibson les a retrouvés chez des villageois de Sandravaninay, une localité au sud-est de Madagascar. Le fragment identifié est selon toute vraisemblance un morceau du plancher de la cabine du B.777. Une
inscription : « VPPS61 » a été complétée par un groupe indépendant de recherches sur la disparition du MH370. La mention complète est « BAC27WPPS61 ». Cette référence correspond à un numéro d’identification du plancher du B.777. Les autorités malaisiennes en la personne du ministre des Transports Anthony Loke ont confirmé cette analyse. Un fragment d’inscription avait également permis d’identifier le flaperon découvert en juillet 2015 à Bois-Rouge.
Selon Blaine Gibson, les villageois du sud-est de Madagascar seraient en possession d’autres débris provenant vraisemblablement du MH370 et seraient prêts à les monnayer. L’avocat américain a mis personnellement en ligne cinquante quatre photos d’objets personnels découverts sur les plages de l’île Sainte-Marie afin que les proches des passagers et membres d’équipage du MH370 puissent éventuellement les identifier.

© JIR