Actualités Culture

Cirquons Flex – La Pli I donn éblouit le public

Cirquons Flex est une compagnie de cirque réunionnaise, créée en octobre 2007. Elle fédère les circassiens autour d’une mission commune, valoriser la culture de l’océan Indien.

Une épopée artistique à travers les îles de l’océan Indien. C’est ce que la compagnie Cirquons Flex propose dans ses créations. Fondé par un duo d’artistes talentueux, Virginie Le Flaouter de l’École Nationale de cirque de Montréal et Vincent Maillot, artiste autodidacte, la compagnie est actuellement dans nos murs pour présenter l’une de ses pièces maîtresses, « La Pli I donn ». Cette pièce circassienne envoûtante s’est découverte en avant-première à l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely, hier.
Favorisant les rencontres, le dialogue ainsi que les échanges interculturels, « La Pli I donn » en dialecte créole réunionnais ou « Il pleut à verse » dans la langue de Molière, s’est affirmé comme une belle découverte pour le jeune public venu l’apprécier. « On y retrace plusieurs éléments artistiques, car pour nous, tout est parti de l’envie de créer des rencontres avec des artistes circassiens de part et d’autre de cette région du monde, notamment de la Réunion, de Madagascar et de l’Afrique du Sud. Par le biais de cette pièce, on a mis un point d’honneur à créer une pièce qui puisse retranscrire brillamment ces trois identités », affirme Vincent Maillot.

Unité dans la diversité
Ces artistes préconisent l’état de la planète et le respect de l’environnement, sujets qui leur tiennent à cœur. Par exemple, entre le deuil d’un être cher et la joie, ou l’espoir d’un renouveau dans un avenir meilleur, ils ont choisi de valoriser cet élément primordial qu’est l’eau qui tombe du ciel, qui nourrit l’homme et qui le maintient en vie, d’où son titre. À travers un melting-pot d’émotions, euphorie, mélancolie, joie ou colère, Vincent Maillot et Virginie Le Flaouter de la Réunion, Lizo James de l’Afrique du Sud et Maheri-niaina Pierre Ranaivoson de Madagascar se sont partagé la scène avec leurs acrobaties, danses, théâtre et chants, le tout égayé d’une musique vibrante et d’une projection vidéo exceptionnelle qui valorisent leur prestation. Vincent Maillot d’ajouter « On est circassien et on est fier de l’être. Dans notre compagnie, on a tenu à mettre en avant le fait que nos pièces soient pluridisciplinaires. Avec celle-ci par exemple, chacun a un talent bien spécifique qui le distingue, aussi bien à la danse qu’au chant ou même à la narration. On se plait à faire valoir ce métissage culturel de l’océan Indien, en conjuguant nos talents, car l’art circassien est tout simplement un art métis par excellence ».
Autant l’ouïe que la vision du public ont été sublimées par la pièce dans la salle de spectacle de l’IFM. Vers la fin, c’est tambour battant, grâce aux instruments artisanaux et traditionnels que les circassiens jouaient, que « La Pli I donn » s’est clôturée sous un tonnerre d’applaudissements. On aurait littéralement cru qu’il pleuvait à verse dans la salle, tellement l’ambiance était aussi réaliste que fascinante. Le jeune public, convié à l’occasion, est sorti de la salle sans voix.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité