Culture

« PROPAGANDE » – Les artistes entre marché et engagement politique

Les artistes comptent parmi ceux qui sont les plus mis en avant  lors de ces propagandes.

L’art de convaincre, de dissuader et de fédérer la masse durant les élections s’illustre le plus souvent par les mots, ainsi que les arguments de chaque candidat. Parfois, s’il y a bien un autre moyen qui peut rassembler la population à se joindre à une manifestation de nos jours, c’est l’image d’un artiste. Bien au-delà de l’image du candidat lui-même, il y a des fois où le soutien exclusif d’une personnalité publique contribue à l’essor de cette dernière. Ainsi, nombreux sont les candidats à cette élection présidentielle à avoir d’ores et déjà misé en avance sur leurs alliés de la scène musicale, qui égayent actuellement chacune de leur propagande.

Il faut quand même admettre que telle une période estivale, celle de la propagande reste avant tout pour la majorité des artistes, l’occasion de « mettre du beurre dans les épinards » comme on dit. Les candidats faisant surtout appel à eux, plus pour animer leurs manifestations et enchanter la foule, que de véhiculer leur idéologie. Il y a des artistes qui se prêtent volontiers au jeu de la politique, fédérant leur public et, de surcroit, leurs fans à partager la vision d’un candidat qu’ils soutiennent avec ferveur. Ces artistes s’affichent ainsi avec fierté, faisant preuve d’engouement vis-à-vis d’une couleur politique bien
précise qu’ils arborent.

Ainsi, dans le lot, on compte quelques irréductibles comme les artistes populaires comme Bôlo Pixx que la majorité a découvert cette année avec son « Watsana mamo lava » et Mijah. Ces derniers qui sont donc censés représenter la masse
populaire, et que le comité de campagne de Hery Rajaonari­mampianina a choisi pour chanter les louanges de son candidat. En outre, on a quelques-uns qui ont, de leur propre avis choisi de soutenir un candidat bien précis. Faisant preuve d’engagement assidu et de fidélité envers un seul et unique candidat. À l’instar du rappeur X-Tah qui prône sans détour les valeurs de Paul Rabary, aux côtés d’un certain Ramora Favori que beaucoup apprécient pour son art et sa personnalité bien trempée. De même que Tsiliva et la charmante Farah John’s qui bien avant le début des propagandes ont, quant à eux, affiché leur soutien indéfectible à Andry Rajoelina.
Les artistes s’affirmeront et s’afficheront à travers des couleurs politiques tout au long de cette propagande électorale. Libres à nous, fans et public, de suivre le pas, ou tout juste de nous laisser divertir comme à l’accoutumée. Sans oublier que dans cette course pour la présidentielle, un artiste s’affirme bien au-devant de la scène en la personne de Dama. Au-delà de son programme politique, celui-ci promet de contribuer aussi à l’épanouissement de l’industrie culturelle nationale.