Actualités Economie

Coopération – Les Pays-Bas s’intéressent aux épices de la SAVA

Les producteurs de la SAVA et de la région Atsinanana auront une ouverture de plus sur le marché européen. 

Malgré une contribution conséquente sur le marché international, l’épice malgache peine à percer le marché européen. Une mission économique sera effectuée pour tenter de renverser cette tendance.

Recherche d’opportunité d’affaire. C’est dans cet objectif qu’une délégation néerlandaise projette de se rendre à Madagascar dans le cadre de la promotion des investissements entre les Pays-Bas et l’Afrique initié par le Netherlands-African Business Council (NABC). La mission économique qui rassemblera une dizaine d’opérateurs économiques membres du NABC sera en terre malgache du 18 au 24 septembre et se concentrera sur les éventualités d’affaires dans le secteur des épices et des huiles essentielles produites dans les régions Atsinanana et SAVA.
Le marché mondial des épices connaît une expansion rapide, avec un taux annuel moyen de croissance qui est estimé à 4,8%. L’Afrique, de son côté, assure seulement 12% de la production mondiale d’épices, alors que plus de 80% de cette production est exporté en Asie, seulement 2% sont destinés au marché européen. Les Pays-Bas sont le deuxième plus grand importateur d’épices au sein de l’UE. « Les acteurs du secteur des épices aux Pays-Bas ont une ferme volonté d’assurer que les épices soient produites de manière durables et inclusives. Ainsi, les entreprises néerlandaises peuvent contribuer à assurer que les chaînes de production soient avantageuses pour les agriculteurs et les autres opérateurs locaux », explique Grégoire Courme, chef de mission et directeur général d’Aromatum une société française spécialisée dans le négoce d’épices, de plantes médicinales et d’huiles essentielles, en provenance principalement de l’océan Indien et membre du NABC

Potentialité
La venue des ces spécialistes en épices dans la Grande île représente ainsi une occasion pour cette dernière
d’ouvrir un peu plus ses perspectives en termes d’exportation dans ce secteur. En effet, l’Ile Rouge est l’exportateur d’épices le plus important à un taux de 70% parmi les pays les moins avancés. Elle produit 71% de la quantité totale de vanille importée par l’Europe en 2016. Elle couvre aussi une part importante de l’importation de girofle vers l’Europe et l’Indonésie.
Par ailleurs, le pays exporte près de 30 tonnes de baies roses par an. Son marché d’export d’huiles essentielles croît très rapidement à hauteur de 17% par an et l’île exporte une grande variété d’autres épices et de fruits exotiques.
« Notre objectif en, réalisant cette mission est de promouvoir l’exportation de produits à valeur ajoutée vers l’Europe qui est une opportunité de renforcer les investissements et la potentialité du secteur dans les régions Atsinanana et la SAVA dans la mesure où c’est dans ces régions que provient plus de la moitié de la production mondiale de vanille ainsi que de nombreuses autres épices et fruits, entre autres le girofle, café, letchis, mangues, ananas, avocats », conclut Adriane Razafindrakoto, du département agri-business de NABC à la Haye.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Avy amin’ny mpamboly sy avy amin’ireo fahefana mahefa no nahatonga ny vahiny ho tamana amin’ny entana avy eto amin-tsika. Moa tsy efa marika izany fa fandrosoana?

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité