Economie

Consommation – Le bois énergie manque cruellement

Les besoins en bois énergie sont au double de l’offre existante. Un enjeu majeur pour l’environnement et le développement économique.

Insuffisant. Il n’y a plus assez de bois à exploiter. 92% des ménages utilisent encore du bois pour la cuisson ou pour obtenir d’autres sources d’énergie. Alors que les besoins annuels équivalant à quelque 433 milliards d’ariary vont encore doubler d’ici 2030. L’accès facile, la croissance démographique estimée à 3% par an, ainsi que le faible pouvoir d’achat des ménages pour pouvoir utiliser d’autres sources telles que le gaz, le pétrole lampant ou encore l’électricité sont, entre autres, les raisons qui justifient cet accroissement des besoins.
En outre, la couverture forestière connaît une diminution cruelle d’année en année. En 2005, celle-ci était de 9 451 350 ha, cinq ans plus tard, cette superficie a diminué et est passée à 8 977 337 ha. Les derniers chiffres de 2013 font état de 8 845 509 ha. Le ministère de l’Énergie et des hydrocarbures (MEH) a avancé que l’offre de ressources en bois était à la moitié des demandes. « Les besoins annuels avoisinent les 18 mil­lions de m3, alors que l’offre disponible est actuellement de 9m3 », a précisé le directeur de l’Énergie au sein du MEH.
Justement, la Stratégie nationale de l’approvisionnement en bois énergie (SNABE) a été présentée hier à l’hôtel Colbert pour pallier ce manque de ressources. La stratégie prévoit une meilleure protection et une meilleure gestion des ressources, tout en assurant la cohésion avec les orientations nationales.

Complémentaire
Les deux ministères principalement concernés, à savoir le ministère de l’Énergie et des hydrocarbures et celui de l’Environ­nement, de l’écologie et des forêts ont été ainsi présents, avec celui de l’Industrie et du développement du secteur privé, pour témoigner des efforts menés par le gouvernement pour équilibrer l’offre et la demande en
bois énergie.
Guy Venance Randria­tefiarison, ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts campe sur le reboisement massif et des activités de protection de l’environnement. « Il importe de soutenir la croissance de l’offre en bois énergie, et l’optimisation de la transformation des bois énergie. La couverture à 50% des besoins en bois sera assurée par des ressources forestières durables », a-t-il précisé.
« La nouvelle politique de l’Énergie envisage la sauvegarde des forêts », a appuyé Lanto­niaina Rasoloelison, ministre de l’Énergie et des hydrocarbures. « Le changement des habitudes de consommation doit devenir une culture. Nous avons tendance à oublier que l’énergie biomasse concerne également les déchets de bois, l’herbe sèche ou encore les sous-bois », a-t-il soutenu. Il va jusqu’à proposer de former les exploitants sur comment couper le bois, ou comment protéger les branches du feu. La promotion de l’énergie de transition figure dans la SNABE, présentée hier. La vulgarisation de l’éthanol a été un temps soutenue par l’État, mais délaissée par la suite. Le gouvernement a alors réitéré son appui aux investissements dans la tran­sition énergétique vers du substitut.

 

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • la protection de l’environnement compte beaucoup pour la vie de notre peuple et c’est pourquoi que l’Etat prend une précaution pour protéger la forêt

  • Tokony hamafisina izany ny fiambenana ireo tsy manara-dalàna mahakasitra ny ala. Na ihany koa ohatra tokony efa mametraka politika irey mba ahafahana indray mamboly sy mitsinjo sahady ny ho avy.

  • Ny hitako aloha dia tokony hiompana bebe kokoa amin’ny fambolena hazo isika amin’izay milamina ny tontolo iainana ary ampy ny angovo azo avy amin’ny ala.