Actualités Océan indien

Conjoncture – On vit moins vieux à La Réunion qu’en France

La Réunion est l’avant-dernière région de France en terme d’espérance de vie derrière les Hauts-de-France.

L’Insee a dévoilé le bilan démographique de l’île de La Réunion en 2016. Alors que la natalité est en baisse, la mortalité progresse.

La Réunion comptait huit cent soixante mille huit cents habitants, début 2017. Soit une progression de cinq
mille six cent habitants par an entre 2009 et 2017. Même si la population augmente plus vite qu’en métropole (+0,7% par an, contre +0,5%), la transition démographique est bel et bien entamée : le solde naturel (différence entre les naissances et les décès) se réduit.
Les naissances sont en baisse, malgré une fécondité plus élevée (2,4 enfants par femme) et précoce qu’en métropole. Le solde naturel s’érode même s’il reste le socle de la croissance démographique : de 2009 à 2016, on compte neuf mille huit cents habitants supplémentaires.
Les décès augmentent et les naissances se réduisent. En 2016, on compte 13 742 naissances. Cette baisse est liée uniquement à celle du nombre de femmes en âge d’avoir un enfant (âgées de 15 à 50 ans). Le nombre d’enfants par femme s’élève à 2,43 contre 1,89 en métropole.
L’espérance de vie s’élève à 77,3 ans pour les hommes et à 83,8 ans pour les femmes. La Réunion se classe avant-dernière région de France juste devant les Hauts-de-France.

Alcoolisme
Dans le département, les hommes meurent plus jeunes: la moitié des hommes avaient moins de 70 ans au moment de leur décès contre 80 ans pour les femmes.
L’Insee indique que «l’alcoolisme, le tabagisme et les accidents sont plus fréquents chez les hommes et augmentent leur risque de décéder prématurément», même si les Réunionnais ont gagné en espérance de vie depuis dix ans.
« L’écart d’espérance de vie entre la Réunion et la métropole reste stable depuis cinq ans, après un fort rattrapage entamé au début des années 1950. Le rattrapage marque ainsi le pas, du fait notamment d’un niveau de vie plus faible sur l’île et d’une plus grande fréquence de maladies chroniques comme le diabète », conclut l’Insee.

© JIR