Actualités Region

Atsimo-Andrefana – Le Dinabe en pleine restructuration

Le chef de région, le colonel Jules Rabe, est décidé d’ appliquer le Dinabe restructuré.

Le Dinabe est censé apporter une solution à la recrudescence de l’insécurité dans l’Atsimo-Andrefana. Son fonctionnement a été révisé lors d’une réunion des parties prenantes.

Validé puis homologué par le Tribunal de Première Instance de Toliara en 2016, le « Dinabe » est une charte communautaire entre habitants d’une localité, d’un village, ou d’une commune. Il assure la sécurité en cas de
meurtre ou de vol de zébus et autres trafics.
Depuis plusieurs mois, ce pacte villageois, qui a obtenu de bons résultats en matière de sécurité, traverse des moments de turbulence et de confusion, à tel point que bon nombre d’habitants ont commencé à renier son existence.
Cependant, le regain de violence et d’insécurité a atteint son paroxysme dans plusieurs communes et districts de la région, à l’image de plusieurs cas de vols de zébus suivis de meurtres. Constatant que le « Dinabe » est fragilisé et contesté, les bandits de grands chemins commencent à se sentir invulnérables.
La succession des faits ainsi que certaines incohérences et abus dans l’application du Dinabe ont interpellé le chef de région, le colonel Jules Rabe, concepteur et parrain de cette mesure de sécurité. À son initiative, une grande réunion des représentants des communautés locales concernées, des maires, des chefs de district, et des parlementaires a eu lieu vendredi dernier au palais de la région à Mitsinjo-Betanimena. Il s’agissait d’apporter des solutions idoines pour faire face à la situation qui prévaut.

Corruption
Après une journée de réflexion, ils ont constaté plusieurs imperfections dans les rouages du Dinabe, En effet, même si le ou les coupables sont condamnés par le juges, les « Mpizaka », ils ne sont pas effectivement punis à cause de la corruption. Parfois, le « Vonodina » demandé est exorbitant et incohérent par rapport à ce qui est stipulé dans le texte. Aussi, un nouveau règlement vient-il d’être mis en vigueur à l’issue de cette réunion.
Les « Mpizaka » qui trancheront lors d’un « kabary » ne seront connus qu’à quelques minutes du début du « kabary ». Car ils ne seront instaurés qu’à partir d’un tirage au sort. Par ailleurs, une formation des membres du Dinabe s’avère nécessaire car étant pour la plupart analphabètes, ils interprètent le texte légal du Dina à leur façon.
Une des causes profondes du dysfonctionnement du Dinabe réside également dans l’existence d’intervention de certains élus, rendant impunis les fautifs reconnus coupables. Ainsi aucune intervention ne sera plus tolérée pour le bon déroulement du « kabary» pour une meilleure équité dans l’appli­cation du Dinabe.
« Certaines catégories de personnes profitent de la situation. D’autres agissent pour semer la peur afin de faire tomber le Dinabe », a souligné le chef de la région Atsimo-Andrefana.

Francis Ramanantsoa