A la une Actualités Politique

Scandale financier – L’ARMP évoque des erreurs de saisie

Les responsables de l’autorité de régulation de marché public réagissent. Ils ont apporté des explications sur les montants faramineux de certains.

Peu convaincantes. Les responsables de l’autorité de régulation de marché public (ARMP) ont apporté des explications sur les montants exorbitants de contrat affiché sur son site internet. Toutefois, elles sont loin de convaincre l’opinion publique, ou du moins la presse.   « Erreur de saisie, erreur de transcription», ce sont les mots qui reviennent dans les phrases de Philibert Tovoherihavana, directeur général de l’ARMP pour défendre son entité. « Les premières vérifications résultent qu’il s’agit d’une erreur de saisie commise par les autorités contractantes. Il y a eu des zéros de trop dans la saisie du montant pour certains marchés », se défendait – il.

Les chiffres publiés par l’ARMP pour les résultats de marché en 2016 et  relayés sur les réseaux sociaux ont fait de gros scandale. La lecture de quelques pages de l’un des cinq documents peut choquer les âmes sensibles au gaspillage de l’argent public. Des dépenses astronomiques valant un million de fois le prix des articles ont été observées. Les erreurs, si c’est vraiment le cas, sont rocambolesques. Pourtant, avant toute publication sur son site internet, les documents devraient faire l’objet d’une vérification minutieuse des responsables au sein de cette autorité. Tout le monde s’est étonné d’apprendre que des erreurs puissent encore se produire. L’ARMP serait elle une simple boîte aux lettres ?

Vérification

« Le logiciel génère un rapport hebdomadaire des marchés suspects. Nous enregistrons en moyenne dix anomalies par jour qui feraient l’objet d’un contrôle, et d’une demande de rectification plus tard. Les procédures veulent que, à chaque fin d’année, les données soient vérifiées avant toute publication sur le site, trois mois plus tard. Ces erreurs ont pu échapper à notre contrôle », soutient pour sa part Vonjy Razafiarison, directeur de système d’information de l’ARMP. Mais les données ont été déjà publiées sur le site depuis mars 2017.

Depuis 2007, l’ARMP publie sur son site internet les contrats de tous les acheteurs publics annuellement. Ces contrats sont présentés sous forme de tableau, avec les informations essentielles, dont l’objet, le titulaire et le montant du contrat. Les données sont issues des saisies des équipes de la personne responsable de passation de marché  des entités publiques dans le logiciel système intégré de gestion de marché public.

Pour éclairer l’opinion publique, le ministère des Finances indique dans un communiqué que « les montants affichés dans le tableau correspondent au montant conclu entre l’acheteur public et le titulaire du marché, ou représentent le montant maximal possible dans le cas où le contrat est prévu se faire en plusieurs bons de commandes. A ce stade, on ne peut pas dire qu’il constitue un paiement, car il devra d’abord suivre la chaîne de la dépense publique ».

Devant ce scandale, le ministère des Finances et du budget a convoqué tous les responsables de marché public. Ils travailleront en journée bloquée pendant environ une semaine afin de vérifier scrupuleusement les documents de milliers de page. Il n’y aura pas du tout de repos pour ces agents de l’Etat.

Lova Rafidiarisoa