A la une Politique

Gouvernement Rajoelina – Un cabinet de vingt-et-un ministères

Qui succédera à Christian Ntsay à Mahazoarivo ?

Andry Rajoelina, nouveau président de la République, affirme qu’il compte nommer rapidement son Premier ministre et le gouvernement. Il devrait y avoir vingt-et-un départements.

Prestement. À entendre Andry Rajoelina, président de la République nouvellement élu, il ne compte pas perdre de temps et veut commencer à travailler le plus tôt possible. Le futur locataire du palais d’État d’Iavoloha affirme, en effet, qu’il compte mettre en place promptement l’équipe de l’Exécutif. Le futur gouvernement devrait compter
« vingt-et-un ministères », sauf changement.
« Je vais rapidement nommer le Premier ministre, juste après l’investiture et dans la foulée nommer, également, le gouvernement », a déclaré le nouveau chef d’État, à Radio France internationale (RFI), à l’issue de son discours post-proclamation, mardi, à son quartier général de campagne électorale, à Ivandry. À l’entendre, il s’agit de ne pas perdre du temps car, « nous allons essayer de rattraper le retard de développement de Madagascar en très peu de temps ».
Sauf changement, la cérémonie d’investiture du nouveau Président de la Répu­blique se tiendra au stade de Mahamasina, ce 19 janvier. S’ensuivra une réception au palais d’État d’Iavoloha. Il est, probable, alors, que le chef du gouvernement et son équipe soient connus dans la semaine qui suit cet événement. « Nous avons déjà tout préparé et nous sommes prêts pour relever le défi de redresser Madagascar », affirme à RFI, le leader de l’écurie orange.
Il faudra, toutefois, prendre en compte l’article 54 de la Constitution. Cette disposition prévoit que « le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale ». L’hypothèse d’une convocation d’une session extraordinaire de la Chambre basse vient immédiatement en tête.

Contrat programme
« Pas besoin de convoquer une session extraordinaire. Les députés peuvent s’organiser par le biais d’une collecte de signature afin de présenter le nom du Premier ministre au Président », réplique une source judiciaire. L’application de cet article 54 de la Consti­tution peut plomber le décollage du premier quinquennat de cette quatrième Répu­blique. Dans sa décision du, 25 mai 2018, la Haute cour constitutionnelle (HCC), a édicté que le Premier ministre sera présenté par l’entité parlementaire ayant acquis la majorité à l’issue des élections législatives.
Cette voie prescrite par la HCC a conduit à la nomination de Christian Ntsay, Premier ministre. La présentation et la nomination de son successeur devrait suivre le même cheminement. La course à la magistrature suprême a vu la majorité des députés rallier les rangs de l’ex-candidat numéro 13. Reste à voir si les députés alliés de Andry Rajoelina laisseront seuls, au groupe parlementaire Mapar, le soin de présenter le chef du gouvernement, ou souhaiteraient-ils avoir voix au chapitre ?
Durant le deuxième débat entre les deux finalistes de la présidentielle, Andry Rajoelina avait indiqué qu’il a déjà identifié 80 % des membres du futur gouvernement. Qu’il s’agira d’un gouvernement où le nombre d’homme et de femme sera paritaire. Les indiscrétions chuchotent, pourtant, qu’il y aurait des bousculades aux portillons du gouvernement.
La pléthore de personnalités et entités politiques qui se sont ralliées aux Oranges pourrait amener à une redistribution des cartes du schéma gouvernemental déjà préétabli par le nouveau Président de la République et le premier cercle de ses collaborateurs. Il faudra accorder les critères techniques et aux éventuels impératifs politiques. Avec vingt-et-un ministères, il n’y a pas beaucoup de sièges à pourvoir.
Quels que soient les critères de sélection, Andry Rajoelina devrait, toutefois, imposer un challenge sur la base de ses engagements de campagne, aux membres du nouveau gouvernement. Lors d’une interview, le 31 novembre, le nouveau Président, alors encore candidat, avait indiqué que chaque ministre se verra attribuer un « contrat programme ». Que celui ou celle qui ne parviendra pas à atteindre les objectifs fixés soit évincé de l’équipe.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Des sources proches indiquent que Le Président Rajoelina aimerai bien nommé un technicien jeune à l’envegure internationale. Il a meme mentionné le nom de IMBEH Serge (le candidat numéro 26) mais les équipes du MAPAR s’oppose à cette nomination.
    La communauté internationale a accepté aussi ce choix.

    Albert

  • C’est une brave décision… il ne faut pas perdre du temps puisqu’il y a beaucoup de travail si on veut développer le pays. Il sait ce qu’il fait ce n’est pas la peine de le juger… il s’est engager bien-sur et sait ce qu’il attend laissons lui faire … Il faut lui faire juste confiance et arrêtons nos critique ainsi que nos insultes… TSY MORA MANAO ZAVATRA