Sport

AHMAD Sur France 24 – « La différence, c’est l’engagement gouvernemental »

L’Egypte bénéficie d’un soutien politique selon l’Afrique du Sud.

Au lendemain de l’attribution de la CAN 2019 à l’Egypte, Ahmad, président de la CAF, s’est confié au micro de France 24.

Une sortie médiatique attendue de toutes parts. Le président de la Confédéra­tion Africaine de Football
a apporté des détails sur l’attribution de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 à l’Egypte, hier à Dakar (Sénégal), au micro de France 24.
« L’engagement que nous avons fait, c’est de prendre les décisions en respectant toutes les procédures… Nous sommes heureux de pouvoir dénouer cette situation… C’est un grand challenge d’organiser une CAN en cinq mois, mais pour nous ce n’est pas impossible », a-t-il lancé.
« La différence, c’est l’engagement gouvernemental. En termes d’infrastructures sportives ou hôtelières, les deux pays s’équivalent », a-t-il rajouté.
Pour rappel, l’Egypte et l’Afrique du Sud étaient en lice pour organiser le sommet continental. Sauf que cet appui gouvernemental faisait défaut à la candidature sud-africaine. Plusieurs médias avaient rapporté ces derniers jours le manque de liquidités comme principal souci de la nation Arc-en-ciel.

Administration africaine
Cette CAN en Egypte sortira du lot, du fait de sa formule. Une nouvelle formule à vingt-quatre équipes, au lieu de seize, adoptée à l’issue du symposium de la CAF en 2017. Ahmad a martelé que ce serait bien pour les partenaires, d’un point de vue commercial. Il n’a pas manqué de rappeler que d’autres continents ont fait pareil.
L’ancien président de la Fédération Malgache de Football est actuellement à mi-mandat, à la tête de
l’instance continentale du ballon rond. Invité à se prononcer sur ce sujet, il s’est dit fier d’en avoir transformé l’administration : « Une chose qui me rend fier, c’est que j’ai transformé l’administration de la CAF en une administration africaine. La majorité des pays commence à être représentée au sein de la CAF… Comment ne pas être fier lorsque mon directeur de la compétition est invité par une université à Londres pour une conférence. »