Faits divers

Namakia – Mahajanga – Un gang enlève et tue la nièce d’un gendarme

C’est la première fois qu’un tel crime barbare a eu lieu à Namakia.

Trois ravisseurs ont kidnappé une fille de 20 ans, nièce d’un gendarme et l’ont tuée après avoir reçu une rançon, à Namakia-Mahajanga.

Trop. Un gang de trois kidnappeurs a enlevé une fille de 20 ans, nièce d’un sous-officier de la gendarmerie, dans la soirée de jeudi 4 octobre, à Namakia-Mahajanga. Il l’a assassinée malgré une rançon de 500 000 ariary versée sur leur compte mobile. La dépouille de la victime a été retrouvée dimanche dans une maison éloignée. Elle aurait été dévorée par des chiens et rendue méconnaissable, comme l’a précisé le commandant de compagnie de Mahajanga, joint par téléphone, hier. Des traces de violence ont de surcroît été relevées sur le corps.
Jeudi soir, le gendarme recevait un message signalant que des individus voulaient enlever sa nièce. Pris de panique, cet élément des forces de l’ordre en avait immédiatement avisé ses collègues. Quelques minutes après, un deuxième message menaçant était arrivé, intimant, « Envoyez-nous tout de suite 500 000 ariary, si vous ne voulez pas qu’on tue la fille ». Et le gendarme a été obligé de verser la somme. Dans un troisième sms, les bandits avaient finalement demandé dix millions d’ariary. De leur côté, la gendarmerie s’était évertuée à tracer le propriétaire du téléphone auprès d’un opérateur mobile le temps que les ravisseurs et la famille de l’otage étaient en pourparler.

Identifiés
Le détenteur du portable avec lequel les bandits avaient écrit et envoyé les messages a vite été identifié et localisé. La recherche a été menée tambour battant depuis la nuit de jeudi. Au cours des heures suivantes, les auteurs du rapt attendaient le versement de la deuxième rançon sans quitter leur refuge à Namakia. Le weekend, deux d’entre eux étaient pris en filature, tandis que le dernier était abattu par balles. « Celui-ci défiait les éléments de la gendarmerie lors de leur intervention musclée suivie des coups de feu mortels », a raconté un élu de cette localité.
L’interrogatoire des deux captifs a commencé, hier. D’après les informations sommaires, le mobile du crime pourrait reposer sur une vengeance, mais l’enquête déjà en cours déterminera la vérité. Côté famille de la victime, son audition devrait ainsi avoir lieu ce jour après l’enterrement.
Cette première apparition de kidnapping à Nama­kia a sérieusement semé la panique chez les villageois.