Sport

Taekwondo – Stage – Trois jours de remise à niveau avec Ragonz

Plus d’une cinquantaine de pratiquants ont assisté à la première journée d’hier. Un examen de passage de grade bouclera les trois jours de stage de taekwondo avec Ragonz.

Coup d’envoi hier. L’expatrié de l’Hexa­gone, Nicolas de Gonzague Randriamiandrisoa, alias Ragonz, titulaire du grade de 5e dan, est de passage au pays pour diriger un stage pour les combattants, entraîneurs et arbitres locaux.
Ce stage gratuit dirigé par l’arbitre et aussi entraîneur international, s’étalera sur trois jours, c’est-à-dire jusqu’au vendredi, au palais des sports à Mahamasina. La première journée d’hier a été consacrée à la remise à niveau, à savoir les techniques de base du premier poomsae au huitième c’est-à-dire l’il-jang au pal-jang, pour les ceintures noires.
Les gradés pourront ensuite réviser les poomsae supérieurs à partir du deuxième dan, du koryo au chang-won. Plus d’une cinquantaine de stagiaires ont assisté à la première journée du stage.

Le deuxième jour de stage sera destiné à l’arbitrage de combat ou « kyourigi ». Une séance de projection vidéo pendant laquelle les stagiaires pourront visionner les techniques d’arbitrage sera au programme. « Les règlements de compétition changent souvent donc il faut être à jour. Même nous qui suivons tout le temps des stages internationaux avons du mal à bien maîtriser ces changements très fréquents », a souligné Nicolas Ragonz.
« Je vais être très sévère sur le travail des gestuels… que les mouvements soient corrects » a précisé le formateur. « J’appuierai toujours les cours par une séance de visionnage des vidéos sur l’arbitrage l’après-midi dans le but de faciliter la simulation des mouve­ments en guise d’illustration et d’application », a-t-il ajouté.

Rassembleur
Ragonz proposera aux entraîneurs et maîtres de salles du pays lors de la troisième journée l’élaboration d’un document détaillé sur le programme d’entraînement des débutants aux gradés titulaires de ceinture noire, les programmes axés sur les techniques de base. L’après-midi sera consacré aux examens de passage de grade pour obtenir la ceinture noire premier dan.
« Vous devrez être concentrés en permanence car les cours seront accélérés pour pouvoir bénéficier au maximum de ce stage de trois jours », a demandé Rivo Rakotobe, détecteur technique national de la Fédé­ration, s’adressant aux stagiaires. Malgré la sollicitation des quelques clubs, Nicolas a été clair que le stage qu’il dirige est ouvert déjà à tous les pratiquants de la discipline sans distinction et est organisé sous l’égide de la Fédération.
« Pour promouvoir vraiment le taekwondo à Madagascar, il faut d’abord résoudre le problème de malaise entre dirigeants. On a déjà constaté un moment une évolution considérable au niveau des combattants, puis il es survenu une rechute brusque… », a indiqué l’expatrié. « Là j’ai appris que les athlètes ont vécu deux années blanches presque sans compétition nationale ni internationale. Pourquoi compliquer les choses, il est temps de donner une bonne image à notre taekwondo, et penser plutôt à l’avenir et à la relève », a exprimé Nicolas Ragonz.