Politique

Application de la loi – Le BIANCO charge Roindefo Monja

Dans une précision publiée hier, le Bianco écorche l’ancien Premier ministre. Il souligne qu’être une personnalité politique n’épargne pas d’une application de la loi.

Personne n’est au dessus de la loi. Une phrase par laquelle le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) attaque sa réplique envers le camp de Roindefo Monja, ancien Premier ministre. L’entité sise à Ambohibao a publié hier une précision suite à la sortie médiatique du parti MONIMA, dénonçant une « descente » d’agents du Bianco au domicile de son chef de file.
« Personne n’est au dessus des lois, et le fait d’être candidat ou non à une quelconque élection ne dispense personne de l’application de la loi », soutient le Bureau d’Ambohibao, dans sa missive d’hier. Dans ce texte intitulé « Précision du Bianco sur l’affaire Monja Roindefo », l’organe anti-corruption indique que les informations communiquées à la presse par le parti MONIMA, sur ce dossier, seraient erronées. Dans une communication lundi, l’équipe de l’ancien Premier ministre de la Transi­tion a vilipendé le Bianco.
La campagne médiatique fait suite à une visite de deux agents du Bureau au domicile de l’homme politique, à Ambolokandrina, le 3 août. Le dossier en question porterait sur un véhicule de fonction attribué à Roindefo Monja, du temps où il était locataire de Mahazoarivo. La réaction du parti MONIMA rapportée dans quelques presses privées de la capitale soutient que « l’affaire n’est pas du ressort du Bianco, mais de la Primature ». Le sujet aurait déjà été soulevé par Solonan­drasana Olivier Mahafaly, ancien Premier ministre.

Intransigeance
Porté devant la Justice, le dossier jouirait déjà, selon le MONIMA de « l’autorité de la chose jugée ». Dans sa missive d’hier, l’entité anticorruption déclare qu’« il s’agissait d’une demande de déposition par rapport à un dossier en cours de traitement auprès du PAC [Pôle anti-corruption], et dont le Bianco a été légalement saisi pour exécuter la délégation judiciaire émanant d’un juge d’instruction ».
L’écurie de l’ancien chef du gouvernement transitoire avance par ailleurs, comme défense, une tentative de coup bas politique qui passerait par des harcèlements et une campagne de dénigrement. Sans la communication du MONIMA pourtant, l’affaire n’aurait probablement pas été ébruitée sur la place publique avant l’entame du procès. Le parti souligne, en outre, avance une pratique qui serait que le Bianco soit utilisé pour écarter « des adversaires politiques gênants ».
Dans sa réplique, le Bianco se défend d’être un instrument de règlement de compte politique. Il demande, du reste, à l’opinion « de prendre garde à toute manipulation politique et transformation de la réalité pour des visées politico-politiques foulant toutes les valeurs républicaines, notamment l’indépendance de la Justice et des organes d’application des lois, l’égalité de tous devant la loi, et le refus total de l’impunité ».

Pour le Bureau d’Ambo­hibao, « comme dans toute démocratie, les leaders politiques ainsi que les potentiels dirigeants se doivent de montrer un comportement irréprochable et inspirant la confiance, afin que le citoyen puisse en être fier et en faire des exemples ». Le Bianco insiste sur la lutte contre l’impunité et l’égalité de tous devant la loi.
Dans le contexte électoral, pareille intransigeance est attendue de la Justice et autres entités chargées de l’application de la loi, particulièrement en matière de probité. Une inflexibilité impersonnelle, une rigueur et une sévérité requises, notamment sur l’intégrité des candidats, ainsi que la transparence et la propreté des fonds de campagne.
Face à l’indigence de la Nation, l’origine de la surface financière étalée par certains candidats suscite des questionnements.

 

12 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • hita ankehitriny fa ireo mpitondra tamin’ny tetezamita no tsy dia mazava daholo, i andriamatoa i Monja ity arahin’ny BIANCO maso ,etsy adaniny koa i andriamatoa Rajoelina notorian’i Pety ; fehiny dia hoe mila araha-maso daholo ireo mpitondra tamin’ny 2009 fa olona nivorotra ny harem-pirenena ireo.

  • Aleo hiatra ami’nireo tsy maty manota ny lalàna velona satria Madagasikara dia tany tan-dalàna tokoa ary porofon’ny BIANCO izany ankehitriny. Ny marina marina foana ary tsy ho faty izany

  • Tsy misy olona ambonin’ny lalàna izany fa izay manao ny tsy mety dia tokony enjehina avokoa eh! Ry Monja Roindefo manko mihevitra azy hoe praiminisitra tamin’izany fotoana dia miseho tsy manara-dalàna.

  • Tsy mahagaga raha i Roindefo fa ekipan’i Rajoelina ireo eh! Ny tetezamita ange ka solde eh:fotoanan’ny fanararaotana , aiza moa ko ny chomeur lasa millionair, samy nanao ze nahavoky azy tao daholo ny foza kely!

    • i Monja sy Rajoelina mihitsy no tena anisany nitondra ny fahatrana sy mpanondrana bois de rose tamin’ny tetezamita, io izany ny mariny tsy maitsy hita foana.

  • Raha te hanohitra izany atao hoe fahantrana izany isika dia ny kolikoly no tokony toherina voalohany , ny kolikoly mantsy dia fahavalom-pirenena , noho izany izay olona mampanjaka ny kolikoly izany dia misakana ny firenena tsy handroso ka tokony ho henjehina.

  • Raha ny BIANCO dia efa manao ny ezaka maro mihintsy anafoanana ny kolikoly. Ary tena tsara tokoa raha toa ka tsy asiana fanavahana mihintsy na iza izy na iza.

  • Izay mihitsy no fanaovana azy, tsy asiana fijerena tavan’olona na fanavahana oe olona ambony fa ampiarina ny lalana rehefa misy ny fandikana azy indrindra fa ity resaka kolikoly ity. Mbola ho avy eo koa ny an’i Rajoelina ary iny no tena tokony ho adiadiana mafy.

  • Rehefa resaka kolikoly sy ny mitovy endrika @zany dia ny BIANCO no tompon’andraikitra voalohany ka tsy hisy tokony hanakiana azy, fa aleo izy hanao ny asany dia ho hita eo izay be vinany. Matoa koa niverina ny fanadihadiana dia tsy nahomby zany ny teo aloha ka tsy manan-kery.

  • Mendri-piderana izao asan’ny Bianco izao satria ity rangahy ity tena anisan’nireo niara ninana ny harem-pirenena malagasy niaraka tamin’ny Andry Rajoelina mihitsy ary tsy ho adinon’ny vahoaka malagasy ny zava-dratsy vitan’ireo teto amin’ny firenena.

  • aleho hipoitra mihitsy ny marina fa i Monja sy Rajoelina mihitsy no tena olona mpanao kolikoly avo -lenta ary izy ireo koa no anisany nampahantra ny vahoaka tamin’ny 2009

  • Itony mitsy no olona tokony ho arahina maso akaiky sady adiadiana mafy satria itony no tena nanao izay naharendrika ny firenena niaraka tamin’i Rajoelina tamizany.