Faits divers

kidnapping – Sabira Vasram libérée contre rançon

Enlevée puis relâchée contre rançon, Sabira Vasram, la femme du directeur de Sodiama a retrouvé les siens, samedi vers 19h 30. Ses ravisseurs l’ont déposée près de la route digue.

Trente-et-une heures de séquestration. Sabira Vasram, âgée de 40 ans, une Française d’origine indienne, a pu retrouver les siens, samedi aux alentours de 19 h30. Embarquée à bord d’une voiture, les yeux bandés, elle a été abandonnée près de la route digue pour être ensuite récupérée par ses proches. Une forte rançon s’élevant à des millions d’ariary a été payée, selon un membre du collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM), sans énoncer exactement le montant versé aux ravisseurs. « Pas plus de précisions pour le moment. Les kidnappeurs opèrent avec des voitures et motos. C’est toute une équipe très bien organisée », a confié une source confirmée.
Immédiatement prise en main par la famille, la quadragénaire avait du mal à marcher. Elle a sûrement été blessée au moment de l’enlèvement, comme l’a raconté le même interlocuteur. « Elle est très fatiguée et moralement déprimée », a-t-il ajouté.
La communauté indienne a mené seule les démarches pour la libération de Sabira Vasram. Afin de protéger la vie de l’otage, beaucoup de pourparlers ont été effectués sans l’assistance des forces de l’ordre. Les kidnappeurs n’hésiteront pas, semble-t-il, à exécuter la victime si on les tient sur le qui-vive au dernier moment, d’après les informations recueillies.

Un plan en cours
Comme l’a déjà souligné, Feride Ismaël, un membre du CFOIM, lors d’une conférence de presse, qui s’est tenue à Ivandry, vendredi dernier, c’est la vie de l’otage qui est importante. Cela risque de ne pas tenir compte de la somme versée. Une vie humaine devient maintenant monnayable. Après quoi, l’affaire sera toujours dans le sac pour le réseau mafieux et l’enlèvement contre rançon, une pratique courante. Or, dans un communiqué publié samedi, par la cellule mixte d’enquête (CME), un plan de déclenchement d’alerte a déjà été établi avec des parties prenantes, à l’instar de la communauté indienne.
Cette cellule nécessite la collaboration de tout un chacun. En cas de disposition de renseignements ou de soupçon de kidnapping, le 034 44 394 98 ou 034 82 011 35 est toujours joignable pour aviser à temps l’autorité concernée.
L’enquête sur ce dernier rapt ciblant Sabira Vasram, enlevée vendredi 6 juillet sur le parking de l’immeuble Assist à Ivandry, puis libérée samedi soir, est en cours. Il est à signaler que vingt-quatre personnes incriminées pour des rançonnements précédents ont été jetées en prison.