Actualités Economie

Consommation – Un commerce de farine avariée avorté

La marchandise était accompagnée de certificat de consommabilité en bonne et due forme. Ce sont les conditions de conservation qui ont trahi l’opérateur.

Fraude alimentaire. L’expression en vogue du moment touche aussi des secteurs autres que les produits laitiers qui ont été retirés du marché national récemment. Dans un tout autre domaine, les autorités ont aussi pris en flagrant délit un opérateur malintentionné reconditionnant une grande quantité de farine avariée pour la revendre dans les boulangeries. L’opération de fraude a eu lieu avant-hier dans une villa sise à Mahatony. L’opérateur en possession de ces sacs de farine était sur le point de parachever une opération de reconditionnement frauduleuse. Ainsi, c’est dans un dépôt de fortune aux conditions humides et sujet à la moisissure que l’opération de fraude alimentaire a eu lieu, avec trente-deux sacs de cinquante kilos de farine de marque Lermiflour contenant de la farine moisie, pâteuse, ou solidifiée, impropre à l’alimentation humaine ou animale.

Vérification
La farine incriminée est passée au tamis, puis remballée dans de nouveaux sacs avec une nouvelle marque Miakabokatra, avec pour destination les boulangeries de la capitale. Selon les responsables au sein du ministère du Commerce et de la consommation, «Ces sacs de farine importée sont entrés au port de Toamasina en toute légalité, puisqu’ils ont obtenu un certificat de consommabilité en bonne et due forme. Mais ce sont les conditions de stockage inappropriées ainsi que les mauvaises conditions météorologiques qui ont détérioré les produits. L’opérateur a ainsi cédé à la tentation de cacher les sacs moisis dans le but de les reconditionner».
Compte tenu des derniers phénomènes cycloniques susceptibles d’impacter sur le conditionnement de ce type de produit, il est fort probable que d’autres cas de détérioration puissent se produire. Vigilance et vérification des produits avant l’achat sont donc de mise pour tous les consommateurs sans exception. Des mesures sont nécessaires afin de protéger les consommateurs face à une telle fraude alimentaire. Les coupables ont été placés en détention provisoire. Les produits avariés qui s’élèvent au total à vingt-six tonnes, seront détruits. En attendant les procédures y afférentes, la propriété a été mise sous scellés. «Ces farines ont reçu un certificat de consommabilité dans les normes. C’est le transport et le stockage qui ont eu raison de leur qualité. L’opérateur, au départ, ne s’attendait pas à cette situation et a été happé par les évènements. Il nous a confié qu’il était encore novice dans le domaine d’importation de farine. Cependant, les enquêtes sont en cours afin de confirmer la véracité de ces déclarations et de déterminer les sanctions qui lui seront infligées», explique Valonirina Randrianalisoa, directeur de la prévention des fraudes et de la protection du Consommateur (DPFPC). Ce dernier qui conclut que « Le ministère met en garde les opérateurs abusifs qui auraient des attitudes similaires, et encouragent les consommateurs à prévenir rapidement le Ministère. Selon la loi, amendes et prison attendent les responsables de telles actions ».

Harilalaina Rakotobe

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mauvaise condition de conservation ou négligence abusif des manutentionnaires et des responsables de mauvaise volonté ?
    Et pourtant les bateaux traversent la mer emplie d’humidité avec la marchandise restée intacte.
    DE PLUS RENDRE OBLIGATOIRE LES ASSURANCES TOUS RISQUES DOIVENT ÊTRE MISE EN MARCHE PAR L’ETAT CONCERNANT CES ALIMENTS IMPORTES A GROS RISQUES SUR LA SANTE.