Politique

Jean Eric RAKOTOARISOA – « La vérité partisane n’est pas celle des urnes »

Le président de la HCC a tenu à mettre les points sur les « i » notamment, la responsabilité sur la suite des évènements.

Sérénité et impartialité. Tels sont les maîtres mots de la Haute cour constitutionnelle (HCC), dans l’exercice de son rôle électoral, et rappelé par son président, hier, dans son discours. « La tâche du juge électoral n’est pas facile sous nos cieux où la malveillance et la suspicion font partie des travers locaux. Malgré les embûches, la Cour s’est attachée à travailler dans la sérénité et l’impartialité », a-t-il déclaré.
Jean Eric Rakotoarisoa, président de la HCC, a, visiblement, profité de son allocution de clôture de cérémonie de proclamation des résultats du second tour de la présidentielle pour répliquer aux multiples pilonnages et sollicitations à l’encontre de cette institution.
« Il est bon de rappeler qu’en démocratie, la vérité partisane n’est pas proprement celle des urnes », lance alors, le professeur Rakotoarisoa. En référence à des faits récents, de prime abord, le président de la HCC indique que « marteler le mot vérité ne suffit pas. Le plus important est le travail pour y parvenir. En matière électorale, personne ne peut affirmer détenir la vérité. Seuls les documents en votre possession permettent de le démontrer ».
Dans son élan, le président de la Cour constitutionnelle ajoute que « contrairement aux médisances diverses, nous n’avons pas cédé aux pressions plus ou moins amicales, aux sollicitations diverses ou tentatives de culpabilisation religieuses ». Soulignant que les décisions prises par la HCC ont toujours été collégiales, le professeur appuie sur le fait que les différences d’obédience politique, religieuse ou autres particularités de chaque membre « n’entre en aucun cas en considération dans le traitement des dossiers électoraux ».
Dans ce discours qui clôt définitivement la course à la magistrature suprême, le numéro un de la HCC s’est particulièrement adressé au Président nouvellement élu. « Le nouveau président de la République a une grande responsabilité devant les Malgaches (…) qui n’est pas juste celui qui vit à Antananarivo, ou dans les grandes villes, mais les vingt-cinq millions répartis dans toute l’Île», conclut-il.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La vérité n’est pas partisane! La vérité est la vérité, elle n’a pas de parti.
    Alors,peut-on se fier aux chiffres, la vérité des urnes? Drôle de coïncidence que les chiffres de la CENI (55,57% et 44.43%) soit sensiblement égales aux chiffres de la HCC (55,66% contre 44.34%). Les chiffres sont largement manipulables. Personnellement, je n’ai pas confiance.
    Mais comme Dieu seul le sait, il est préférable de se taire … et d’attendre la justice que ce Dieu rendra à chacun de nous. Personne ne peut s’y échapper. C’est ma seule et unique consolation.

    En tout cas, bonne chance pour le nouveau PRM, M. ANR!

  • Et bien ou est Ravalomana dans tout cela ! J’espère bien que les paroles de La HCC étaient bien claires ! La défaite n’est pas un délit… il aurait dû accepter cela depuis longtemps et éviter tout sorte de manifestation… Parce que on faisans cela il s’est enfoncer lui même