Sport

Football – élection FMF – Quatorze ligues saisissent la FIFA

Une lettre a été envoyée à la FIFA mardi dernier. Le groupe des quatorze président de ligues y demande notamment la mise en place d’un comité de normalisation et la suspension du CE.

Doléan­ces. Les présidents des ligues régionales d’Amoron’i Mania, Ana­lanjirofo, Androy, Anosy, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, d’Atsinanana, de Bongolava, Diana, Haute Matsiatra, Melaky, Sofia, Vakinankaratra et Vatovavy Fitovinany, désormais réunis au sein d’un groupe à part, a envoyé une lettre à la FIFA et à la CAF, mardi dernier.
Ils y interpellent les instances internationales pour trouver une solution à la crise actuelle au sein de la Fédé­ration Malgache de Football. « Nous demandons à la FIFA de nous aider à mettre en place un comité de normalisation, pour organiser cette AGE tant attendue par le peuple malgache, car nous avons constaté la non-crédibilité de la commission électorale et du comité exécutif », peut-on lire dans cette lettre, qui fait suite aux événements du week­end.
L’assemblée générale élective de samedi matin, à Sambava, n’a pas pu être menée à terme. Le report de 48h du scrutin fédéral et le deadline de lundi matin à 10h n’a pas été respectée non plus.
« Nous avons décidé d’envoyer cette lettre pour donner notre version auprès des instances internationales, afin d’éviter que de fausses informations ne parviennent à celle-ci, et aussi pour solliciter leur aide », a expliqué Jacques Rama­roson, président de la ligue d’Analanjirofo.

Suspension du CE
« Nous demandons aussi à la FIFA de suspendre le président et les membres du comité exécutif candidat et non de la structure ; et de ne pas prononcer de sanction à l’endroit de l’équipe nationale malgache et les autres équipes qui représenteront Madagascar (sur la scène internationale) », peut-on également lire dans la fameuse lettre. « Nous attendons la réponse des instances internationales dans les jours à venir », a rajouté Jacques Ramaroson.
Le divorce est définitivement consommé entre ce groupe de quatorze présidents de ligues et les dirigeants fédéraux actuels. Une issue prévisible, vu le bras de fer engagé depuis le week­end dernier entre les deux camps.
D’un côté, l’on réclame la tenue de l’élection dans les plus brefs délais. De l’autre, l’on s’entête à repousser le vote. Une situation qui ne surprend guère aussi, sachant que ce groupe semble définitivement enclin à élire Briand Andrianirina au poste de président de la FMF, ce qui n’est pas du tout du goût des dirigeants fédéraux et à la fois candidats à la présidence.