Region

Élections présidentielles – Beaucoup d’irrégularités

Des citoyens tentent de chercher leurs cartes à Ambondrona.

Le premier tour des élections présidentielles du 7 novembre, dans le district de Mahajanga I, s’est déroulé dans le calme malgré quelques incidents.

L’heure de l’ouverture des bureaux de vote a connu quelque retard, hier dans la cité des Fleurs, notamment au Collège d’enseignement général (CEG) Charles Renel, réservé au fokontany de Mahajanga-be. Les trois mille sept cent quinze électeurs inscrits ont été répartis dans six bureaux de vote, celui-ci ayant débuté dix minutes après l’horaire fixé, soit à 6h10. La préparation du matériel, la signature des bulletins uniques ainsi que la désignation du président du bureau de vote ont été les causes de ce retard.
Au CEG Marcoz à Ampisikina, pour les habitants de Tsaramandroso-ambony, le vote a été retardé de cinquante cinq minutes, car le matériel de vote n’a pas pu être livré à temps.
« Les électeurs étaient déjà arrivés à 5h30, mais nous n’avons pu ouvrir le bureau de vote que vers 6h55, car le matériel n’est arrivé que vers 6h30. La CENI l’a livré vers 4 heures du matin alors que tout était encore fermé au CEG, d’autant que l’heure convenue était prévue à 5 heures du matin. Ses envoyés ont alors fait le tour des autres centres de vote avant de revenir à Ampisikina », explique le président du bureau de vote n° 2 au CEG d’Ampisikina.
Par ailleurs, l’éducation des électeurs par les membres de la société civile, dont le KMF/CNOE, concernant l’utilisation du bulletin unique, a fait défaut, et il a fallu former la plupart des citoyens au pliage avant qu’ils ne le mettent dans l’urne après avoir voté.
De même, de nombreuses personnes sont encore venues réclamer leur carte électorale ou encore consulter la liste électorale en vain, dans les fokontany d’Ambon-drona, de Tsararano-ambony, à Mahajanga-be et à Amborovy.
Au quartier de Maha-janga-be, par exemple, au CEG Charles Rennel, dans le bureau de vote n°3, tous les bulletins uniques étaient déjà pré-signés, ce qui a provoqué une altercation entre les électeurs et les membres du bureau de vote. «Les deux personnes ont signé d’avance les bulletins d’un carnet de cinquante feuilles au lieu de dix feuilles à la fois, donc en l’absence de bon nombre d’électeurs  », proteste un père de famille.

 

Vero Andrianarisoa