Social

Baccalauréat – Des candidats risquent l’élimination

Nombreux absents ont été enregistrés à l’épreuve d’Éducation physique et sportive (EPS) du baccalauréat. Ils sont appelés à se présenter au centre d’examen.

Près d’un millier de candidats au baccalauréat inscrits dans des centres d’examen à Antananarivo et ses périphéries risquent leur élimination. Ils n’ont pas assisté à l’épreuve d’Education physique et sportive (EPS) qui s’est déroulée dans cinq centres d’examen du 27 août au 7 septembre. L’absence à une épreuve est intolérable car l’EPS n’est pas facultative au baccalauréat. « La note du candidat est comptabilisée zéro, en cas d’absence. C’est une note éliminatoire», souligne le Dr Olivier Rakotoarison, directeur des examens nationaux, hier.
Chaque centre a recensé entre cent cinquante à deux cents absents, depuis le début de l’épreuve, selon le rapport provisoire des chefs de centre aux Lycées Jean Joseph Rabearivelo Analakely, Jules Ferry Faravohitra, Galliéni Andohalo, Nanisana, Technique commerciale Ampefiloha. Le nombre d’absents peut ainsi s’élever à près de mille. Par exemple, deux cent quarante candidats des séries A1 et C ont raté cet examen.
Parmi eux, certains ne sont pas venus récupérer leur convocation. Ils sont majoritairement des candidats libres. Il en reste encore à peu près une trentaine dans ces cinq centres d’examen. D’autres ont reçu leur convocation, mais ne sont pas venus à la date indiquée. « Il se peut qu’ils soient tombés malades à la date de leur épreuve, ou bien ils n’ont pas été au courant», suppose Vidoc Pierrot Manantsoa Ravoahangy, coordonnateur technique provincial de l’épreuve d’EPS à Antananarivo.

Test écrit
Une seconde chance s’offre aux absents. L’office du baccalauréat à Antananarivo a décidé de prolonger jusqu’au 13 septembre, cette épreuve. Le terrain du stade d’Alarobia s’ouvre à eux la semaine prochaine, de lundi à jeudi.

Ceux qui sont prêts à tenter leur chance sont appelés à se présenter, soit à l’annexe de la direction régionale de l’Éducation nationale (Dren) à Analakely (ndlr : près de la Circonscription scolaire Tanà-ville), soit au chef du centre d’examen indiqué sur leur convocation, avant d’aller au stade. «Normalement, ils doivent apporter une pièce pour justifier leur absence, comme une ordonnance médicale. Mais ce n’est pas obligatoire. Nous leur donnons une pièce à présenter aux responsables du stade à Alarobia », précise le coordonateur technique provincial de l’épreuve d’EPS, soucieux que l’inexistence de cette pièce ne devienne un autre obstacle pour les candidats à ne pas venir. Ceux qui n’arriveront pas jusqu’au 13 septembre, par ailleurs, peuvent passer le test écrit, prévu pour le
21 septembre. Par contre, là, ils doivent fournir une ordonnance médicale pour expliquer qu’ils sont inaptes au test pratique.

Trois candidats décédés

Au total, trois candidats ont rendu l’âme à l’épreuve d’EPS dans la province d’Antananarivo. À part les deux jeunes gens décédés après avoir couru les mille mètres du stade de l’Académie nationale de sport (ANS) à Ampefiloha, samedi et jeudi, une jeune fille, candidate à Ankazobe, a aussi perdu la vie, le 21 août. « Elle était malade durant l’épreuve », souligne Vidoc Pierrot Manantsoa Ravoahangy.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité