Politique

Manifestations publiques – Auncune exception tolérée

La primature a rappellé à l’ordre sur la neutralité de l’administration. Un com­mu­niqué insiste sur le rejet des exceptions à l’exercice de la liberté de manifester.

Nécessité impérieuse. Tel serait le caractère de la neutralité de l’administration, que Christian Ntsay, Premier ministre, a de nouveau rappelé, lundi, par le biais d’un communiqué de presse. Dans cette missive, il est souligné, notamment, le rejet par le chef du gouvernement et de l’administration de toute exception à l’exercice du droit et liberté de manifester.

Le communiqué de presse rapporte ainsi, que « le Premier ministre insiste sur le fait qu’il ne devrait plus y avoir d’exception à l’exercice de ces libertés et droits de manifester publiquement, à condition de se conformer aux cahiers des charges du site et de respecter les exigences du maintien de l’ordre public ». Selon la missive, la neutralité se traduit « essentiellement par l’application stricte des lois et textes en vigueur ».
Pour appuyer sa position, la communication de la primature avance comme argument, l’article 10 de la Constitution, notamment. Une disposition qui prévoit, entre autres, les libertés d’opinion et d’expression, ainsi que, d’association et de réunion. La missive soulève, aussi, l’alinéa 3 de l’article 55 de la loi sur le régime général des élections et des référendums.

Réplique
« Avant l’ouverture de la campagne électorale et référendaire officielle, les partis politiques participent à l’animation de la vie politique, dans le respect de la Constitution et de la loi », prévoit cet article. L’article 28 de la loi sur les partis politique a, aussi, été rappelé dans le communiqué de presse. Il dispose que « les réunions et les manifestations publiques des partis politiques sont libres (…) ».
La missive rappelle « que le respect de la législation en vigueur doit être la préoccupation première des représentants de l’État ». Et « en application de cette législation, ces représentants de l’État délivrent les autorisations de tenir une réunion ou manifestation publique lorsqu’elles auront lieu dans des lieux appartenant à une collectivité publique ou sur la voie publique ».

Des indiscrétions indiquent, par ailleurs, que la communication publiée, lundi, serait une contre-attaque aux critiques de la presse pro-Président de la République, contre le Premier ministre. Certains de leurs articles blâment « la partialité » présumée du locataire de Mahazoarivo.
Des proches du chef de l’État reprocheraient à Christian Ntsay, « une intervention », pour permettre à Andry Rajoelina, candidat à la présidentielle, de tenir sa réunion politique au palais des sports, Mahamasina, la semaine dernière. Aussi, dans cette missive qui pourrait être une probable réplique à ses assaillants médiatiques, le chef de l’administration met ainsi en exergue, l’article 3 du décret portant code de déontologie de l’administration et de bonne conduite des agents de l’État
« L’administration ne doit pas exercer sur ses agents des traitements discriminatoires, ni aucune forme de pression de nature politique, idéologique ou autre », prévoit la disposition de cet acte règlementaire. Un argument qui semble être une manière de conforter d’autres indiscrétions selon lesquelles, l’intervention du Premier ministre viserait à court-circuiter une « pression politique », sur un responsable administratif.

 

9 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Efa feno marina ny kapoaka ka tsy tokony hanavahana n’iza n’iza ny tsy tokony hanaovana fihetsiketsehana fa tokony hofoanana @zay! Efa maro loatra ireo fahavoazana naterak’izany ka handray fepetra entitra manomboka eto ny PM araka ny filazany.

  • Izany tokoa no atao hoe PM tsara safidy. Mila mitazona izay toetra izay avokoa ny minisitera rehetra mihintsy, sao io indray no ataon’ny sasany ala-olana rehefa tsy lany izy avy eo. Efa tsy mahagaga ny maro mantsy ny ataon’ireto antoko mpanohitra maro ireto.

  • Mba hisoroana ny olona mety hitranga dia naleon’ny PM nampahafantatra ny besinimaro fa izy dia tsy miandany an’iza n’iza satria efa fantany fa mety hisy ny olana raha tsy nandray izao andraikitra izao izay.

  • Tsara ny fandraisana andraikitra ataon’ity PM ity mba hisorohana izay hevitra mety hanankoron-tanana indray sady mampiseho ny maha tsy mihandany azy izy. Gouvernemanta hiraisana no misy amin’izao ka hapetraka amin’izay ny fomba fiasa mba tsy hanan-tsiny indray

  • Rariny sy hitsiny raha miteny an’izany ny PM satria hanakorontana ny fifidianana ny fanaovana fietsiketsehana amin’izao fotoana alohan’ny fifidianana izao.

  • Efa tsy tokony amin’izany intsony anie izao ee. Ireo izay matahoatra fifidianana ihany sisa no mety mbola hitarika fanakorontanana amizao. Tokony saziana farakizay enjana izay mbola minia mandika izany.

  • Marina fa ny PM Ntsay no tena tompon’andraikitra amin’ny fanatanterahana ny fifidianana , saingy « ny roa no tsara nohon’ny iray:raha lavo misy mpanarina », izany hoe mila fiaraha-miasa avy amin’ny tsirairay mba hahalavorary ny fifidianana.

  • Amin’ny fotoana tahaka izao mihintsy no tokony hifanomezantsika samy Malagasy tànana hanehoana ny firaisankina.Samia isika manaraka izany lamina apetraky ny PM izany , ny hoavin’ny Madagasikara no jerena , tombotsoa ho an’ny firenena io ka tokony mifarimbona daholo isika Malagasy amin’ny maha olom-pirenena antsika.