A la une Politique

Élection présidentielle – Les candidats se font désirer

Deux candidats, jusqu’ici, ont déposé leur dossier à la HCC. Une situation qui tranche avec les annonces pléthoriques d’intention de candidature.

Désert. C’est toujours le calme plat à la Haute cour constitutionnelle (HCC). La période de dépôt des dossiers de candidature à l’élection présidentielle a, pourtant, commencé le 1er août. Les dossiers de deux prétendants à la magistrature suprême ont été remis à l’institution judiciaire d’Ambohidahy, jusqu’ici.
Le premier de la courte liste publiée sur le site web de la HCC est l’inscription d’Andry Rajoelina, ancien président de la Transition. Son dossier a été déposé par son mandataire, le 1er août. Le général retraité Jean Ravelonarivo, ancien Premier ministre, lui a emboité le pas, en envoyant à son tour son mandataire pour remettre à la Cour constitutionnelle les paperasses confir­mant ses intentions de s’aligner à la course pour briguer le siège de Chef d’État, le 3 août.
« Nous invitons les candidats à ne pas attendre le dernier moment pour déposer leurs dossiers de candidature. Ils auront le temps de faire des rectifications en cas d’anomalie, ou de compléter leur dossier, jusqu’au 21 août », a déclaré Jean Eric Rakotoarisoa, président de la Cour d’Am­bohidahy, dans une interview, la semaine dernière. Passée cette date, selon ses dires, le dépôt des dossiers de candidature sera clos et il ne sera plus possible de faire quoi que ce soit « car nous allons trancher sur la liste officielle des candidats retenus pour prendre part à l’élection présidentielle ».

Depuis vendredi, pourtant, les acteurs politiques désireux de concourir dans la course à la magistrature suprême ne se pressent pas aux portes de la HCC. D’aucuns prédisent une probable bousculade lors des derniers instants de la période de dépôt des dossiers de candidature, fixés le 21 août.

Contraignantes
Un engouement tardif qui détonne avec l’enthousiasme affirmé lors des nombreuses annonces d’intention de candidature déclamées urbi orbi, dont certains depuis plusieurs mois.
Des déclarations de candidature qui se sont encore poursuivies, jusqu’à hier, avec celle de Saraha Rabe­harisoa, du Parti libéral démocrate (PLD). Certains qui ont annoncé leur vœux d’être parmi les prétendants officiels à la présidentielle depuis plusieurs mois comme Marc Ravalomanana, ancien chef d’État, ou encore, Eliana Bezaza, chef de file du Parti social démocrate (PSD), semblent trainer les pieds.
Dans une publication sur sa page Facebook, hier, Gilbert Raharizatovo, ancien ministre et observateur politique, s’interroge sur les raisons de l’attitude des prétendants annoncés à la magistrature suprême, notamment, ceux considérés comme les ténors de la scène politique. « N’est-ce pas curieux qu’ils soient avares de déclaration ? », lance-t-il en ajoutant que « soit ils attendent le bon moment pour frapper, soit il y a des doutes quelque part sur la tenue de cette élection ».
Au-delà des doutes sur le processus électoral, le flottement actuel serait dû à quelques conditions contraignantes, nécessaires à la candidature. Si le paiement de la caution de 50 millions pourrait être une formalité pour certains, pour d’au­tres, réunir la somme nécessaire serait un challenge.
Il faut, aussi, prendre en compte le budget de campagne. Il y a, également, l’incontournable investiture du candidat par un parti ou groupe de parti légalement formé, ou son parrainage par cent-cinquante élus.
Des prétendants annoncés ou présumés à la magistrature suprême seraient, encore, en train de réorganiser leur écurie ou soutien politique. En face, il y aurait ceux qui sont à la recherche de parti pour soutenir leur prétention à siéger à Iavoloha, à défaut de pouvoir convaincre cent-cinquante élus. Il y a, par ailleurs, Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, qui voudrait rempiler pour un second mandat, mais qui joue la montre jusqu’au dernier moment.
Le locataire d’Iavoloha, ne voudrait pas que ses sorties présidentielles soient taxées de précampagne. Il serait, par ailleurs, parmi ceux qui voudraient réaménager son équipe pour la campagne électorale.
Quoi qu’il en soit, il faudra se décider et déposer les dossiers de candidature, au plus tard, le 21 août.

 

9 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Tsisy tokony hatahorana fa mbola misy 12 andro eo ny fametrahana dossiers ho an’ireo zay mbola vonona hilatsaka ho kandidà! Tsy izay mametraka ny antotan-taratasiny mialoha akory no tena favoris fa izay mahafeno ny fepetra rehetra takian’izany sy indrindra ao anatin’ny safidim-bahoaka.

  • Ny tena kandida mahery dia tsy izay mametraka atontan-taratasy voalohany akory fa izay tena manana VINA miavaka ary tena mivaingana. Tsy toy ny an’i Andry Rajoelina izay VINA mamarina an-kady ny firenena. Atao ahoana no anafohanana ny loholona, izany dia efa marika fa tsy fahaizana mihintsy ny tena atao DEMOCRATIE.

    • Ny « IEM » dia fomba iray nentin’i Rajoelina hamahana ny krizy sy hampandrosoana ny firenena. Tsy io vinany io loatra no manarina any an-kady , fa ny kombaka am-bava ataony, satria ataony fitaovana entina hanambaboana ny fon’ny vahoaka fotsiny ilay « IEM » fa mino aho fa tsy ho tanterahiny akory.

  • Amin’ny maha kandida filoham-pirenena azy dia tsy maintsy misy izany fa kosa raha ny ataon’ny MAPAR no jerena dia hita fa efa tsy fanarahan-dalana no ataony ary efa manao fampielezan-kevitra alohan’ny fotoana mihitsy ary.

  • Rehefa tena dinihana tokoa dia hita fa ny vina « Fisandratana 2030 » no tena azo tanterahina tsara sady hitondra vokatsoa lehibe hoan’ny firenena. Efa tsara ny ezaky ny fitondrana ankehitriny ary mila tohizana izany dia handroso isika

    • Samy manana ny tetik’asany avokoa ireo kandidat , tetik’asa tsara mitondra fivoarana hoan’ny firenena, fa ny olana dia ny an’ny sasany fomba hanentanana ny vahoaka hifidy azy mba hahazahoany seza fotsiny , ohatra amin’izany ity « IEM » an’ingiahy Rajoelina ity.

  • Aleo aloha tonga aloha toy izay tara eh! Nefa rehefa tsy taran’ny fetran’ny fotoana fotsiny dia tsy itako mihintsy ny olana.Tsy misy tokony hahamaika satria mino aho fa efa samy manana ny andro natokany hanaterana ny atontataratasiny avokoa ny kandidat tsirairay.

  • Tokony tsy hiandry andro tokoa ny kandidat ny amin’ny fanaterana ny antotataratasy firotsahana ho filoha mba hanamorana ny fizotran’ny fifidianana.

  • Marina izany, ilaina ny fanaterana ny atotan-taratasy ho an’ireo izay vonona ny hirotsaka ho fidiana. Mila mampiseo tokoa ireo kandida hoe vonona ary tokony ho hita taratra aminy zavatra ataony ny fahavononany.