Economie

Banques – Les prêts « scolarité » séduisent

Le nombre de salariés, clients de la Bank of Africa (BOA), souscrivant aux prêts bancaires « Tous à l’école » augmente. Près de dix mille nouveaux prêts pour la scolarité sont enregistrés chaque année depuis quatre ou cinq ans.
« La seule condition pour pouvoir souscrire aux prêts scolarité est que le client doit être un salarié depuis au moins un an s’il travaille dans le secteur privé, et déjà titularisé s’il évolue dans le milieu public. Il peut alors obtenir un prêt équivalent à trois mois de son salaire s’il ne court pas un autre prêt au niveau de la Banque », précise Zoelisoa Noelinirina, directeur du réseau de la BOA. Le tirage de la tombola, entrant dans la campagne pour les prêts « Tous à l’école », ayant débuté au mois de juillet, s’est déroulé hier à Antaninarenina.
Près de huit mille clients dans les quatre vingt neuf agences de la Banque ont participé durant ces trente jours. Sept chanceux, dont trois venant des agences régionales, ont pu sortir du lot et gagnent chacun un compte épargne avec sept-cent mille ou quatre cent mille ariary. Le tirage d’hier a été une occasion pour rappeler que les prêts bancaires ne sont pas compliqués mais au contraire « facilitent la vie de tous les jours » comme l’a rappelé Zoelisoa Noeli­nirina. « Il est toujours presque impossible d’obtenir un capital si l’on se base uniquement sur le salaire pour démarrer un projet. Nous offrons la possibilité de s’acquitter des prêts en soixante mois », explique-t-elle. Toujours est-il que la condition principale d’être un salarié, c’est-à-dire, payé à chaque fin du mois, n’ouvre pas tellement le champ à ceux qui veulent emprunter.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Vina iray mbola anisan’ny mbola an-dalam-pahavitana ihany koa eto ny fampianarana ny zaza ny malagasy. Ny fianarana irery ihany no lova tsara indrindra mantsy. Raha toa mantsy ka miakatra ny salan’isa amin’ny ireo zaza mihanatra dia efa midina avy hatrany koa izany ny tahan’ny fahantrana.