Politique

Ministère des Affaires étrangères – Aucun service consulaire assuré

Le ministère est fermé. Il n’y a personne à l’accueil, ni dans les bureaux. Seuls quelques représentants des forces de l’ordre assurent la sécurité des lieux. Adoghi Pilaza, président du syndicat des Corps du ministère des Affaires étrangères (SYNCORMAE), affirme qu’aucun service minimum n’est assuré au ministère des Affaires étrangères Anosy depuis le 29 mai dernier.

« Ni le service consulaire, ni les affaires générales ne fonctionnent », a-t-il fait savoir hier. Aussi, les services tels que le rapatriement de dépouille mortelle, les demandes de nationalité, la protection et assistance des ressortissants malgaches à l’extérieur en cas de problème, la délivrance d’attestation de déménagement définitif, le service d’évacuation sanitaire, perte, nullité ou authentification de passeport ne travaillent pas. Les demandes d’autorisation de survol et d’atterrissage des aéronefs étrangers, d’escale ou d’accoster, de conversion de permis étrangers ou encore les affaires courantes, juridiques et sociales ne font pas exception à cette grève illimitée du SYNCORMAE.

Il n’y a donc pas de délivrance de passeport diplomatique, ni de passeport vert. Une autre source auprès du même ministère indique, toutefois que les extrêmes urgences sont quand même traitées. « On fait exceptionnellement appel aux employés pour des services, dépendant de l’urgence ou de l’importance des cas », indique cette source.

Absence de réaction
Les membres du SYNCORMAE se sont tenus sur le parvis du ministère à Anosy, en signe de mécontentement quant à l’inertie des instances supérieures à leurs revendications. « Nous avons demandé l’adoption et la mise en application d’un texte réglementaire relatif au Plan de carrière du personnel du ministère des Affaires étrangères, en conformité avec les normes et standards du droit international », rappelle le président du Syndicat. « Une lettre ouverte a été envoyée au nouveau Premier ministre, dans laquelle nous reformulons nos revendications », ajoute-t-il. « Le SYNCORMAE et tout le personnel, en grève pour des conditions de travail plus justes, déplorent l’absence de réaction de la part de l’équipe dirigeante du ministère des Affaires étrangères et du silence insultant des membres du cabinet du ministre et de son staff, dorénavant considérés comme n’étant plus des interlocuteurs crédibles », souligne entre autres cette lettre.

« On apprend que les textes réglementaires proposées par le Syndicat pour le paiement des indemnités de représentation au titre de l’exercice 2018 en faveur du personnel du MAE, pour la régularisation des arriérés du personnel sont déjà signés, mais on ne les a pas encore entre nos mains », indique Adoghi Pilaza, président du SYNCORMAE.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité