Actualités Culture

Concert – Hans Nayna enflamme le cœur du public

Avec un talent pur, emmené par une voix charismatique et envoûtante, Hans Nayna a littéralement conquis le public malgache.

Une forte personnalité de la scène musicale avec la musique dans l’âme. Ainsi se décrit au mieux ce jeune artiste mauricien qu’est Hans Nayna. Sa musique possède un caractère bien singulier qui n’a rien à envier aux plus grands noms du blues et du soul internationaux.
Après avoir électrisé la scène du Festival Libertalia la semaine d’avant, justement en guise de prémices pour le concert exceptionnel de vendredi, le soulman mauricien a tenu ses promesses pour ses retrouvailles avec les mélomanes venus se joindre à lui, vendredi. À guichets fermés, c’est dans une salle de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely copieusement garnie que ce jeune prince du soul, a retrouvé ceux qui s’affirment d’ores et déjà être ses fans inconditionnels.
Tel un bon bol d’air frais pour le public présent dans la salle, le chanteur entame le concert en toute sobriété, tout en affichant d’entrée sa convivialité et sa proximité avec ses fans. « C’est pour moi un véritable plaisir de jouer pour vous. La chaleur et la joie du public malgache m’animent et je le chérirai toujours », confie-t-il. Un moment privilégié pour le chanteur, le concert était l’occasion pour lui de se découvrir pleinement en affichant dans son répertoire, les morceaux de son premier album, « Music for the soul ».
Tel un John Legend ou encore Steevie Wonder qu’il admire particulièrement, le chanteur enchaîne ses chansons une à une, tout en étant aussi mélodieux avec ses douces balades à la guitare acoustique qu’enivrant de rythmes à travers lesquels le jazz, la pop, le blues, le rock ou encore le reggae, se conjuguent au soul.

Surprenant
Majoritairement anglo-saxonnes, ses compositions transcendent le public et font vibrer le tout IFM Analakely. Aussi bien avec sa chanson « Music for the soul », titre même de son album, que « Hope » ou encore « Song for my guitar » et « Pieces of the world », Hans Nayna chante son amour pour la musique.
Étant de nature généreuse, il se livre librement au public en illustrant son histoire dans ses chansons, mais aussi l’amour dans toute sa splendeur. On pense notamment à ses deux chansons franco-créoles, « Le king» et « Mo lam » dans lesquelles il chante son état d’âme, de quoi envoûter encore plus la gent féminine présente dans la salle.
Outre le public, sept Malgaches ont pleinement joui du spectacle, en accompagnant l’artiste sur scène. Andry Michael était à la trombonne, Andry Sylvano à la batterie, Rybota Ramalan­jaonina à la basse, Fy Rajaofetra au clavier, Andriniony Andriamanan­dratra au saxophone, Tsanta Randria­mihajasoa à la trompette et Benkheli Ratri à la guitare. Ensemble, ils ont réservé de belles surprises au public, car la reprise acoustique de « Lose yourself » du rappeur américain Eminem a contribué à susciter la curiosité du public pour Hans Nayna. Une version plus enchanteresse de « Say my name » des Destiny’s Child par le chanteur a émerveillé l’auditoire à l’occasion. Hans Nayna promet des retrouvailles plus festives à l’avenir.

Andry Patrick Rakotondrazaka