A la une Politique

Résultat définitif – La Haute cour constitutionnelle sans état d’âme

La HCC, sauf changement, devrait donner le nom du nouveau Président de la République, ce jour.

L’issue définitive de l’élection présidentielle sera connue, ce jour. Avant l’heure de vérité, la HCC rassure et affirme être hermétique aux pressions.

Jour J. La cérémonie de proclamation qui se tiendra à la Haute cour constitutionnelle (HCC), sera décisive pour la suite des affaires nationales. Les juges d’Ambohidahy feront part de leurs décisions sur les contentieux électoraux, mais surtout, ils donneront les résultats définitifs du deuxième tour de la courses à la magistrature suprême.
Pour, vraisemblablement, rassurer l’opinion publique, la Cour constitutionnelle a publié un communiqué sur son site web, hier. « Toutes les opérations sont menées afin de faire respecter la sincérité du vote. Pour la Cour, le respect du choix des électeurs prime sur toute autre considération », soutient-elle. A la lecture de sa publication d’hier, l’institution judiciaire affirme qu’elle serait stoïque face aux pressions qui fusent.
« Les manipulations de l’opinion publique, mensonges, injures, diffamations, désinformations, tentatives d’influence directe ou indirecte, menaces sur l’institution ou sur les membres et autres ne peuvent en rien entraver cette noble mission », ajoute la HCC. La conclusion de la missive indique, toutefois, que certains des verbes assénés à la Cour sont restés en travers de la gorge de ses membres.

Se rebiffer
Pour clore son communiqué la Cour d’Ambohidahy souligne alors, qu’elle « a pris acte des appels au meurtre d’une candidate recalée au premier tour par les électeurs ». La conjoncture politique s’est détériorée depuis la publication des résultats provisoires du second tour par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).
Au motif de « faire émerger la vérité », les partisans du candidat Marc Ravalo­manana bravent l’interdiction des autorités et le quadrillage des forces de l’ordre pour tenter d’investir le parvis de l’hôtel de ville d’Antananarivo. Des tentatives de tenir une manifestation, selon eux, pour dénoncer les fraudes qu’ils auraient constaté durant le vote du, 19 décembre.
En marge de la présentation des vœux, à Iavoloha, hier, le candidat numéro 25 a indiqué qu’il sera présent à la cérémonie de proclamation, ce jour. « J’accepterais les résultats s’ils vont dans le sens de la vérité. J’ai confiance aux membres de la HCC », déclare le candidat Ravalo­manana. Cette demande à la Cour de faire resurgir la vérité a été réitérée par ses lieutenants au sein du gouvernement durant une conférence de presse où ils ont dénoncé
« les violences », contre les manifestants d’Analakely.
« (…) la vérité affirmée et démontrée par la HCC apaisera la population. Nous demandons alors, à la HCC de rechercher la vraie vérité », indique la déclaration des ministres issus du parti
« Tiako i Madagasikra » (TIM). Bien qu’ils affirment ne pas avoir l’intention de faire pression sur la Cour d’Ambo­hidahy, ces mem­bres du gouvernement laissent entendre une intention de démissionner, « si la vérité n’est pas dite ».
Le pasteur Ami Irako Andriamahazosoa, président de l’église FJKM, dans une déclaration, samedi, demande, aussi, à la HCC de faire resurgir la vérité. Un appel renchéri par la Plateforme nationale des organisations de la société civile (PFNOSCM), dans un communiqué publié le même jour. Dans sa déclaration d’hier, la HCC a semblé se rebiffer.
« La Cour n’est pas au service d’un candidat déterminé, des forces politiques, de toute organisation de la société civile, de toute obédience religieuse, mais œuvre dans l’intérêt de la nation dans son ensemble », lance-t-elle. Du côté de l’Exécutif, de Rivo Rakotovao, président de la République par intérim, la posture est d’éviter une nouvelle crise au pays, bien qu’il souligne que la population veut des élections propres et acceptées de tous, « mais nul
n’est parfait ».
Dans son allocution, à Iavoloha, hier, le locataire d’Ambohitsorohitra soutient, « La nation se trouve dans un tournant décisif. Je ne serais pas un obstacle (…) Ceux qui pensaient que l’on profiterait de cette période [l’intérim] pour mener à nouveau le pays dans la crise ont eu faux. Je félicite déjà le Président qui sera élu et invite tout un chacun à attendre les résultats définitifs dans le calme ».

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • le candidat qui ne sera pas vainqueur restera comme tel,est doit respecté la volonté du peuple surtout pour le bien de tous pour qu’il n’y ais plus un autre crise