Faits divers

Insécurité dans le sud -Un ex-ministre incriminé pour vente d’armes

Des ventes au noir de munitions amplifient l’insécurité d’après la gendarmerie.

L’insécurité fait jaser dans la région Anosy. La gendarmerie a lancé une opération et effectué des investigations pour renverser la vapeur. Situation alarmante. La lutte contre le phénomène dahalo suscite une forte mobilisation dans la région Anosy. Après l’attaque du poste de gendarmerie assortie de vol d’armes à Mahaly Amboasary- Sud et une embuscade ayant coûté la vie à trois gendarmes à Isoanala fin 2018, les forces de gendarmerie prennent le taureau par les cornes.
En effectuant des investigations au niveau des communautés, la gendarmerie nationale a mis à nu des
ventes de munitions qui menacent la sécurité. Une influente personnalité politique, autrefois membre du gouvernement se retrouve cloué au pilori. Bien qu’insaisissable jusqu’à maintenant, il est dans le collimateur des gendarmes.
Dans la commune d’Esira, un peloton de gendarmes d’élite, bénéficiant d’un appui aérien a été déployé depuis quelques semaines. Des éléments des Forces d’Interven­tion de la Gendarmerie Nationale (FIGN), du Groupe de Sécurité et d’Intervention (GSI) de Sakaraha, ainsi que de l’Unité Spéciale Anti-Dahalo (USAD), ont été déployés aux côtés des gendarmes du groupement de l’Anosy pour mener l’opération.
Prête à intervenir à tout moment, un hélicoptère est par ailleurs sur place depuis fin décembre, grâce à la
collaboration avec l’armée malgache.

Prise de mesures
Les premières interventions ont déjà fait leurs preuves. Lors d’un accrochage, deux individus recherchés pour le guet-apens ayant provoqué la mort de trois gendarmes à Soatana Isoanala, sont tombés sous les balles de la gendarmerie.
Le commandant du groupement et ses hommes ont pour leur part mené une campagne de sensibilisation dans les communes de Mahaly, Tsivory et Elonty pour resserrer la vis et raffermir la lutte contre l’insécurité.
La gendarmerie s’est lancé le défi de redynamiser le comité d’auto-défense villageoise. À Esira, cinq villages ont conclu la mise en place d’un pacte villageois, plus fort dont le processus d’homologation est en marche. Des personnes incriminées dans l’embuscade ayant côuté la vie à des gendarmes au mois de novembre 2018 sont blacklistées. La gendarmerie est sur les traces de fugitifs d’après les informations communiquées. Au moment des faits, une vingtaine de gendarmes ont été arrosés de balles par une armée de deux cents dahalo, lors d’une poursuite de troupeau volé.