Social

Saison des pluies – Un mort et plusieurs dégâts matériels

Plusieurs poteaux électriques se sont écroulés dans la commune d’Ambohimalaza.

Les orages ont laissé des traces dans la capitale, cette semaine. Une personne a perdu la vie et plusieurs maisons ont été détruites.

Les orages font des ravages dans plusieurs quartiers de la capitale, depuis dimanche. Des dégâts humains et matériels sont répertoriés. La disparition d’un adolescent de 13 ans, emporté par la rivière de Sisaony, est la plus lourde jusqu’à présent. Son corps a été retrouvé, hier matin. « Cet habitant de Fenoarivo a été emporté par les crues rapides de la rivière Sisaony, mercredi dans l’après-midi, lorsqu’il traversait la rivière avec son zébu. Nous n’avons retrouvé le corps que ce matin (hier) », rapporte une source auprès des sapeurs-pompiers à Tsaralalàna. A Ambohimalaza, une femme a échappé de peu à un accident mortel, mercredi après-midi. « Le poteau électrique allait s’écrouler sur elle, mais elle a pu s’échapper avec son enfant dans les bras. Elle s’en sort avec des blessures aux pieds », indique un témoin.
Par ailleurs, les rafales de vents et les fortes pluies ont causé la destruction de plusieurs maisons, l’écroulement de plusieurs poteaux électriques, de plusieurs arbres, la dévastation de plusieurs superficies de champs de culture.

Conditions favorables
Ces dégâts matériels sont recensés dans les communes d’Ambohimangakely, d’Ambohimalaza, d’Alakamisy-Fenoarivo, et d’Antananarivo-ville. «Je ne suis pas allée à l’école, aujourd’hui, pour aider mes parents à réparer notre maison. Mes cahiers ont été détruits par les fortes pluies de mercredi», raconte Kristina, une collégienne habitant à Ambohi-piainana Ambohimangakely.
Des habitants de la commune rurale à Ambohimalaza témoignent, également, de la destruction de plusieurs maisons, dont le vieux bâtiment de l’école primaire publique (EPP) à Ambatomalaza et un temple, mercredi. Dans la ville d’Antananarivo, une maison s’est aussi effondrée à Andohatapenaka et une autre à Soavimasoandro.
Plusieurs poteaux électriques de la Jirama se sont, en outre, écroulés cette semaine, engendrant une coupure d’électricité dans plusieurs quartiers, comme à Ambohimalaza, à Ambohimangakely. « Rien que ce jour, une vingtaine a été répertoriée un peu partout. Il y en a d’autres. La Jirama a déjà commencé les interventions pour ne pas laisser les gens sans électricité», précise Tsitohery Francesca Andriamampionona, directeur de la communication et des relations publiques de la compagnie. Pourtant, la commune d’Ambohimalaza a était encore dans le noir, hier.
Les rafales de vent, les grêlons, les fortes pluies qui ont frappé la capitale cette semaine peuvent encore se reproduire, selon Rivo Randrianarison, chef prévisionniste de la direction générale Météorologique à Ampandrianomby. « Ce système orageux a lieu, lorsque les conditions sont favorables. Nous devrons nous attendre à ce phénomène jusqu’au mois de février ou mars, dans tout Madagascar », explique-t-il.