Social

Énergie – Les coupures d’électricité regagnent du terrain

La fourniture de l’électricité à Antananarivo connaît  des difficultés incessantes

Le réseau de distribution d’électricité de la JIRAMA subit actuellement des dégâts de plusieurs sortes. Une quarantaine de quartiers ont sombré dans l’obscurité, mardi.

Les ménages revivent l’expérience de l’obscurité durant plusieurs heures d’affilée. Après des prévisions de coupures habituelles pendant tout le mois de novembre, la JIRAMA surprend les consommateurs en raison de la coupure du courant sans annonce préalable. Lorsqu’un poteau a été heurté par un véhicule à Anosy , le quartier administratif a subi les effets de l’interruption de l’alimentation en électricité en début de décembre. Le court-circuit au niveau de la sous-station de la JIRAMA à Ambodivona a également fait plonger dans le noir tous les quartiers environnants jusqu’à l’extrême Nord et Est de la capitale.
Ce court-circuit a perturbé les activités économiques notamment dans toute la zone d’Ankoron-drano, et Andraharo jusqu’à Ivato et Soavi- masoandro. La survenance d’un incident imprévisible difficile à déterminer sur les équipements de la JIRAMA a également occasionné une coupure totale du courant dans le Moyen-Ouest partant de Vontovorona jusqu’à la localité de Soavinandriana Itasy. La chute d’un poteau conducteur d’électricité du côté de Mahitsy a conduit à l’obscurité totale dans la périphérie Nord-Est d’Antananarivo jusqu’à Talata Volonondry. Les pluies diluviennes et vents violents ont, pour leur part, impacté le réseau d’alimentation en électricité dans la capitale, plongeant tous les quartiers d’Antananarivo dans le noir pendant plus de trois heures et même plus, mardi après-midi.

Incidents brusques
L’explication de la JIRAMA face aux interrogations des consommateurs repose sur l’apparition d’aléas. « La coupure du courant n’est pas le revers des réparations mais plutôt des destructions. Les équipements de la JIRAMA ont été mis en péril par un accident à Anosy, un court-circuit à Ambodivona, un incident délicatement détectable, une chute de poteaux en raison des intempéries comme c’est le cas à Ambohimalaza», rapportent des employés de la JIRAMA effectuant des réparations sur les poteaux. « Les réparations qui occasionnent des coupures font toujours l’objet d’annonces. Les coupures subites ne sont pas du tout les conséquences des réparations en cours. Il faut bien distinguer d’une part les réparations en vue de l’amélioration du réseau de distribution de l’électricité et d’autre part, les coupures non prévues à l’avance. S’agissant des équipements dont la robustesse n’est pas illimitée, les incidents peuvent survenir jusqu’à anéantir ces équipements. Un seul poteau porteur d’électricité endommagé peut à lui tout seul être la source d’une coupure de courant dans une zone plus ou moins vaste. La JIRAMA déploie les moyens utiles pour informer en temps réel tous les consommateurs dès que des incidents surgissent. Les mesures qui s’imposent pour le rétablissement du fonctionnement normal du réseau électrique sont prises », explique un technicien au sein de la JIRAMA. La population plongée dans le noir se retrouve dépourvue de tout moyen d’information car l’électricité fournie par la JIRAMA est utilisée par les ménages pour écouter la radio et regarder la télé. Les réparations informées à l’avance sont certes comprises dans les quartiers concernés, mais les coupures longues et imprévues ravivent les cauchemars d’une obscurité journalière incompréhensible.

Tsiory Fenosoa Ranjanirina