Politique

Campagne électorale – Rajoelina efface les traces de Ravalomanana

Annexion. Le candidat Andry Rajoelina est, visiblement, décidé à conquérir les fiefs du candidat Marc Ravalomanana. Pour confirmer sa première place au premier tour de l’élection présidentielle et la légitimité populaire qu’il revendique, le porte étendard du parti « Tanora Malagasy vonona » (TGV), est obligé d’essayer de convertir ceux qui ne sont pas acquis à sa cause.
En ce début de campagne du deuxième tour, le candidat numéro 13 part à la conquête des localités où les électeurs ont plébiscité le candidat numéro 25 au premier tour. Il a démarré sa campagne dans la région Itasy et dans le district d’Antananarivo Antsimon­drano, mardi. Andry Rajoelina a sillonné l’Alaotra Mangoro, hier. Dans les sept communes qu’il a visitées, le candidat numéro 13 a misé sur la réhabilitation de la Route nationale 44 (RN44), et les mauvaises actions passées du candidat numéro 25 pour tenter de faire la différence.
Le favori du TGV a alors fait « le serment », que « dès mon élection, je lancerais la construction de la RV44, c’est-à-dire en 2019 ». Rappelant la partie sombre de l’ère Ravalomanana, Andry Rajoelina a promis à son assistance qu’il rendrait, aux ayants droits, les terres que son prédécesseur leur auraient dépossédé.
« Contrairement à certains, je ne m’accaparerais pas de vos terres. Au contraire, je vous les rendrais et augmenterais les terres agricoles », a-t-il déclaré. Il affirme qu’il compte proposer des formations agricoles aux jeunes ruraux, à l’issue de laquelle, dix hectares de terrain seront mis à leur disposition.
Marc Ravalomanana lui, a poursuivi son périple dans le Nord-est durant sa troisième journée de campagne. Il était à Fénérive-Est, Maroantsetra, Mandritsara et Antalaha. Egalement décidé à convertir les pro-Rajoelina sur les terres où le candidat numéro 13 a dominé les débats au premier tour, le candidat numéro 25 veut, également, séduire de nouveaux électeurs. Dans la région SAVA c’est le candidat Hery Rajaonari­mam­pianina qui est arrivé en tête au premier tour.
Dans ses meetings, Marc Ravalomanana a martelé qu’il faudrait « croire que ce qui est réel et réalisable pour ce qui en est des efforts à déployer pour recouvrer leur bien-être et ceux à développer pour faire développer leurs localités respectives ». Une fois de plus, le favori du « Tiako i Madagasikara » (TIM), a soulevé le duel qui selon lui oppose, « celui qui a perpétré un coup d’Etat contre celui qu’il a brutalement démis de ses fonctions (…) alors qu’il a porté l’économie nationale à plus de 7% de taux de croissance ».

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • ce second tour détermine qui va vraiment entre les deux que les malagasy ont mis leurs confiances, en particulier , on constate que andry rajoleina est le plus populaire et plus apprécie par les peuples et même partout dans la grande iles.il est très sur d’apporter cette élection.

  • Nous nous inclinons sur le programme plan émergent qui va se joindre à nous dans un meilleur délai. Nous gardons ce projet par sa pertinence , la logique d’intervention et qui touche tous les malagasy.

  • C’est parce que c’est un nul! Et ANR n’a pas besoins de les effacés! Il s’est effacé tout seul! Parce que le s citoyen malagasy on ouvert leurs yeux et sont consciente que seul Andry nirina Rajoelina peut nous sauver de cette misère ! Je vous le redis seul les couillons ainsi qu’idiots qui ne le voit pas! Et dans notre camp on a pas besoins de ces gens là ! Sans eux on gagnera !

  • Ilay mpomba an’dRajoelina dia tonga fantatra foana amin’ny ilay tsy fahampian’ny fahalalàna kely,na fanoratana izany na
    fomba fisainana.

    Raisin’dry zareo ho guerre sy violence foana ny fiainany hany ka mandreraka ny mifanakalo resaka aminy.