Actualités Politique

Présidentielle – L’ECAR prône sa neutralité

Le cardinal Tsarajazana encourage la population à voter selon leur conscience. 

Interpellation. Des candidats doivent revoir leurs stratégies de séduction. Le cardinal Désiré Tsarahazana a réitéré la neutralité de l’Eglise catholique. Dans son allocution à Toamasina le weekend, il a rappelé que l’ECAR « ne soutient et ne propose aucun candidat ». Un rappel des propos qu’il a prononcés le lendemain de son retour à Madagascar après son séjour à Rome. Il met en garde ainsi les postulants à la magistrature suprême qui seraient tentés d’utiliser son image ainsi que ceux des autres évêques, en tant qu’outil de propagande.
Bien avant le dépôt de candidature, certains candidats pressentis ont été reçus par le cardinal à Toamasina. Les photos y afférentes ont été par la suite largement partagées dans les réseaux sociaux, entretenant ainsi des ambigüités. Malgré les spéculations, le cardinal réitère ainsi la neutralité de l’administration de l’Église. Il encourage toutefois les catholiques à bien réfléchir sur leur choix. « Chacun est libre de choisir celui ou celle qu’il pense pouvoir gouverner le pays dans la droiture et pour l’intérêt supérieur de la Nation »
Faute de dispositions législatives, la campagne électorale a commencé avant l’heure. Des candidats déploient des moyens conséquents. Lors de la réception à la nonciature en juillet, le cardinal a appelé à la lucidité de la population. « Si vous accordez votre voix en échange de tee-shirts, de goodies ou des sommes d’argent, vous allez le regretter pour les cinq prochaines années », a –t-il déclaré.
L’article 57 de la loi organique relative au régime général des élections et des référendums dispose par ailleurs la neutralité des lieux de culte pendant la campagne électorale. Une neutralité que l’Église catholique a jalousement préservée depuis quelque temps. Lors des grands rendez-vous, comme la béatification de Ramose Lucien Botovasoa à Vohipeno et la première messe du cardinal Désiré Tsarahazana à Toamasina, les politiciens, même le président de la République n’a pas eu droit à la parole.
La neuvième édition de la Journée mondiale de la Jeunesse à Madagascar se tiendra à Mahajanga dans quelques semaines. Avec les dizaines de milliers de jeunes issus des quatre coins de la Grande île, des politiciens pourraient être tentés d’en faire leur affaire.

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Marina ny lazain’ny kardinaly satria, mety misy ireo malagasy no mijery ivelany ka hifidifidy fahatany, aleo ny atiny no jerena fa tsy ny foniny izay matetika mamitaka foana satria manjelatra ivelany toy ny ankoso-bolamena fotsiny.

  • Raiamandreny mijoro tokoa ka miezaka mamitrana sy manarina ireo ondry mania! Mila mihaino ny feon’ny mpitaiza ara-panahy toy izao ireo mpanao politika indrindra fa ireo kandidà mba tsy hanaovan’izy ireo zavatra mety mihoa-pefy.

  • Na dia mametraka izany aza ny kardinaly dia tsy sakana ho an’i Rajoelina izany anaovany fanambarana fa ny katolika dia efa anazy tanteraka. Ataony ho toy ny tsy misy mihitsy ireo mpitondra ao amin’io antokom-pivavahana io. Mampalaelo ny toe-tsain’ity kandida iray ity.

  • Raiaman-dReny aram-panahy ny Kardinaly ka malala ny tokony atao sy ny tokony tsy atao,tokony hakatoa ny teniny ny rehetra satria olon’Andriamanitra izy.