L'Express de Madagascar

La Réunion – Le secteur auto embauche

Çà roule pour le secteur automobile.

Emploi. Voilà un secteur qui roule ! Le marché automobile s’affiche en grande forme depuis 4 ans à la Réunion. L’an dernier, les concessionnaires ont vendu trente et un mille trente cinq véhicules (+8,46% sur l’année). Résultat, le secteur a besoin de main-d’oeuvre. Une bonne nouvelle pour une filière qui emploie six mille cinq cent personnes (pour deux mille entreprises environ) et qui avait pâti de la crise il y a 10 ans en perdant de nombreux salariés.
Ce jeudi, le SICR (syndicat de l’importation et du commerce de la Réunion) organisait donc la 2e édition du salon Auto-jobs à la Cité des Arts de Saint-Denis pour que recruteurs et candidats puissent se rencontrer. Une quinzaine d’entreprises étaient présentes. «La filière est en pleine embellie et connaît une vraie mutation. A La Réunion, le SICR représente les concessionnaires, mais aussi les vendeurs de pièces de rechange ou les loueurs», indique Frédéric Foucque, président du SICR.
Les candidats potentiels sont venus en nombre, CV sous le bras. Les organisateurs attendaient au moins cinq cent personnes. Des
ateliers de démonstration ont permis aux jeunes de se renseigner sur les métiers. Mais surtout,quarante cinq offres d’emploi en CDI étaient à pourvoir. Le groupe Jules Caillé Automobiles (Peugeot) recherchait par exemple une secrétaire commerciale, un conseiller ventes et un mécanicien. «J’ai vu tous types de profils, notamment des personnes en reconversion professionnelle. J’ai trouvé des profils intéressants et des candidats potentiels sérieux qui passeront un entretien»,s’enthousiasme Julie Veillard, responsable RH du groupe. «Pour ceux qui n’ont pas le niveau de diplôme suffisant, nous proposons une formation complémentaire via un CQP (certificat de qualification professionnelle).»
Car la filière auto fait face à un manque de formation des étudiants qui s’arrêtent souvent en CAP ou en bac pro. Plus suffisant pour travailler même comme mécanicien : les voitures embarquant de plus en plus d’électronique. «Il nous manque de la ressource. Les métiers de l’automobile ont évolué : nous avons besoin de personnesformées. Il est important de donner du travail aux Réunion­nais. Sur certains postes, comme directeur commercial ou chefs d’atelier, nous sommes obligés de recruter en métropole», note Arzou Mahamadaly, directeur général de Sogecore.

© JIR