Politique

Exploitation minière – Effervescence autour du projet Toliara Sands

Résistance. Le projet Toliara Sands ne fait pas l’unanimité chez les habitants de la région Atsimo Andre­fana. Ceux qui vivent dans les localités directement concernées, dans le district de Toliara II notamment, affirment leur opposition. Une résistance qui se fait entendre jusqu’à la ville de Toliara, capitale de cette région.
Le projet d’exploitation des gisements d’Ilménite et de Zircon de Ranobe, à 40 kilomètres de Toliara, dans les localités de Tsianisiha et Ankilimalinika, ont fait débat dès ses débuts en 1999-2000. Les vagues de contestation sont entrées en ébullition depuis quelques mois. La société Toliara Sands, en stand-by depuis l’année 2015 a repris ses activités en procédant à des échantillonnages et des tests depuis le mois de février. Ceci en vue d’un début d’exploitation à l’horizon 2021.
La reprise et l’accélération des activités seraient dictées par les conditions favorables du marché. Les difficultés de la société à boucler le montage financier du projet en raison du climat difficile du marché serait la raison du point mort depuis 2015. Dans une présentation faite au gouvernement en juillet, Toliara Sands déplore toutefois que « le projet est en retard sur son calendrier, étant face à quelques manifestations activistes (…) ».
L’entreprise ajoute que « le facteur est critique, étant donné que l’étroitesse d’ouverture d’opportunité pendant cette période faste du marché mondial du sable minéralisé donne très peu de temps pour finaliser toutes les autorisations, positionner le projet pour trouver le financement et démarrer la production (…) ».
Réhabilitation
Pour débloquer la situation, une délégation gouvernementale conduite par Henri Rabary-Njaka a échangé avec les habitants des localités concernées samedi. Selon une communication partagée hier, il a été exposé aux citoyens de Tsianisiha et Ankilimalinika, les retombées économiques et sociales du projet pour le pays et le district de Toliara II, en particulier.
« Il est important de préciser que le revenu total versé au gouvernement par le projet pendant les vingt prochaines années est estimé à six cent à neuf cent millions de dollar. La mise en place d’un fond fiduciaire (…) Il y aura trois cent emplois directs locaux à long terme et cent cinquante autres pour les projets sociaux et environnementaux », met entre autres en avant la communication. Les opposants au projet dénoncent toutefois les risques de l’exploitation sur l’environnement et les moyens de subsistance de la population locale.
Théo Rakotovao, leader du groupe Mikea, est l’un des chefs de file de la résistance contre le projet Toliara Sands. Lors d’une conférence de presse à Toliara, diffusée hier sur la TVplus Madagascar, le député Siteny Randriana­soloniaiko, élu à Toliara, affirme que l’exploitation minière
« aura des effets néfastes sur la nappe phréatique », qui alimente en eau la capitale de la région Atsimo Andrefana. Il fustige également « le défrichement de la forêt de baobab », arbre pluri-centenaire qui fait la particularité de la flore du district de Toliara II.
Sur son site web, Toliara Sands plaide qu’« en tant que société minière responsable », elle est engagée dans le développement durable des ressources naturelles. « La réhabilitation vient en première ligne de cet engagement. Réhabilitation pour laquelle la compagnie présente déjà une expérience certaine solidement documentée (…) », affirme-t-elle. Son permis environnemental y est aussi mis en avant.

 

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Raha ohatra ka mitondra tombontsoa ho an’ny vahoka sy ny firenena malagasy dia tsy hitako loatra izay olana. Matetika koa mantsy ireo mpanaratsy no tonga mialoha ka any ka manjary simba avy hatrany ny sain’ireo mponina. Tsy efa tokony hiova amin’izay ve isika malagasy.

  • n’inoninona aloha olana dia tokony hifampiresaka tsara foana ny roa tonta eh, ny angatahina tokony samy hahazo tombotsoa na ny andaniny na ny ankilany, izany hoe ny vahoaka mahazo tombony amin’ny hetra avy amin’ny ilay fitrandrahana ary ny orinasa mahazo tombony amin’ny asa ataony.

  • Ny hita alou @zao dia ny ezaka fanarenana ifotony na dia misy aza ny mitady hanararaotra. Ny fihainoana lakolosy tokana koa tsy tokony atao intsony fa manjary manimba ny fihavanana!

  • et 20 % dans les poches du ministre avocat français, ça fait beaucoup d’argent. et lui, il n’en a rien à faire de l’environnement !