Faits divers

Ambohimanambola – Des bandits volent des armes et un kilo d’or

Munis de six pistolets automatiques, vingt-quatre bandits ont attaqué une villa pour y dérober des armes et 1,250 kilo d’or. La gendarmerie a été tardivement alertée.

Attaque armée musclée à Am-pisikinana Ambohima-nambola. Dans la nuit de vendredi à samedi, vingt-quatre bandits lourdement armés ont pris d’assaut la résidence d’une femme âgée de quarante-cinq ans. Les bandits ont fait main basse sur des bijoux en or pesant un kilo et quart au total. Ils ont, dans la foulée, dérobé deux armes à feu appartenant à la victime.
Six des malfaiteurs brandissaient chacun un pistolet automatique de fabrication artisanale, d’après les informations recueillies auprès des forces de gendarmerie. La résidence prise pour cible est située un peu à l’écart des maisons environnantes. Apparemment bien renseignée, la meute de bandits savaient exactement où frapper. Équipés d’outils de brigandage, ils ont réussi à pénétrer dans la maison après s’être déployés dans la propriété dans la pénombre totale.
N’ayant rencontré aucune résistance sérieuse, les assaillants ont sévi sans mettre la puce à l’oreille aux riverains. Ils se sont déjà fait la malle, encore plus forts que jamais, avec les deux armes fraîchement dérobées s’ajoutaée à leur arsenal de banditisme, lorsque les gendarmes du poste avancé d’Ambohimanambola ont été enfin alertés.

Chien pisteur
Sitôt avisée, la gendarmerie a d’emblée envoyé à la rescousse des éléments d’intervention. Les fuyards ayant réussi à s’évanouir dans la nature, ils ne pouvaient que faire le constat et relever des indices susceptibles de leur permettre de remonter les traces des bandits. Les malfaiteurs ont tenu en respect avec leurs armes les personnes qu’ils ont trouvées mais n’ont pas ouvert le feu sur ces dernières.

Aucun blessé n’est à déplorer, d’après la gendarmerie, bien que la victime soit encore sous le choc après le cauchemar qu’elle a vécu. Les brigands étaient à pied. Dès le lendemain, la brigade cynophile de la gendarmerie nationale à Ivato a été saisie. Un chien pisteur a été mis sur les traces de la bande mais les premières recherches se sont avérées infructueuses. Les enquêteurs du poste avancé de la gendarmerie nationale à Ambohimanambola sont en charge des investigations en travaillant de concert avec la Section des Recherches Criminelles (SRC), auprès de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie nationale d’Antananarivo. Les caractéristiques, ainsi que les numéros de série des armes subtilisées, ont été notés pour permettre des recherches pointues.
Des informations filtrées au compte-gouttes révèlent que les limiers ont mis la main sur des indices sérieux, susceptibles de leur permettre de remonter de fil en aiguille jusqu’aux bandits qui ont sévi.