Region

Alaotra – La hausse du prix du paddy au ralenti

Certains producteurs de riz se plaignent du ralentissement de la hausse des prix d’achat du paddy par les opérateurs dans l’Alaotra, un des greniers du pays. Le niveau des coûts a du mal à atteindre le seuil de recouvrement des dépenses nécessitées par les travaux effectués dans les rizières depuis le labour jusqu’à la récolte.

Même si la production a dépassé la moyenne cette saison, de nombreux riziculteurs tentent de trouver toutes les solutions possibles pour rembourser à temps les prêts d’argent qu’ils ont signés. Actuellement, une grande partie de l’Alaotra affiche que le prix de la variété « makalioka »- celle qui reste toujours en vogue dans la contrée- se vend entre 700 et 750 ariary le kilo tandis que celui du « tsemaka » s’écoule à 880 ariary Le « dista » et le « vary bota » terminent les rangs en devançant largement le « vary gasy » et le « stock » c’est-à-dire le riz importé.

Avec une hausse qui diminue- à 50 ariary par semaine contre 100 ariary tous les trois jours l’année passée-, les paysans se sentent victimes et déclarent qu’ils se trouvent actuellement dans un gros embarras de choix. « Soit nous vendons une majeure partie de notre production annuelle, soit nous contractons de nouveaux emprunts effectués à l’amiable pour échapper au pire ». À laisser ou à prendre, c’est toujours au grand dam des pauvres paysans, selon des observateurs. Et à la satisfaction des collecteurs.