Magazine

Développement – Un partenariat exemplaire entre l’AFD et Madagascar

En 2016 l’Agence Française pour le Développement (AFD) a accordé près de 100 millions d’euros de financements pour le développement de Madagascar. Environ 350 milliards d’ariary ont été engagés par l’AFD en aide à l’État malgache et à des ONGs œuvrant dans divers domaines : promotion de l’agroécologie ou l’insertion des enfants de rues.

Le développement d’infrastructures au bénéfice de la population, notamment les plus défavorisées, représente les trois quart des financements accordés en 2016 à Madagascar. On citera entre autres le projet de construction d’une rocade urbaine qui reliera l’actuel marais Masay au By-pass à travers les quartiers de Nanisana et Ambohimahitsy.
L’Agence s’est également engagée dans le financement d’un programme d’assainissement de la capitale afin de réduire les impacts des fortes pluies et les inondations dans les bas quartiers d’Antananarivo, en réhabilitant les stations de pompage d’Isotry, Ampefiloha et 67ha , mais aussi en curant le canal d’Andriantany.
En outre, l’Agence travaillera sur un programme de développement des 6 plus grandes villes du pays, en dehors d’Antananarivo. Ce projet agira dans les villes de Diego Suarez, Fianarantsoa et Tulear notamment via la réhabilitation des routes et la construction de nouveaux marchés.  A plus long terme, Mahajanga, Tamatave ou Antsirabe devraient aussi être concernées.

Le développement de l’agriculture dans le respect  de l’environnement est l’un des trois axes stratégiques  de l’action de l’AFD à Madagascar.
Le développement de l’agriculture dans le respectde l’environnement est l’un des trois axes stratégiquesde l’action de l’AFD à Madagascar.

L’action de l’AFD à Madagascar s’illustre également par son accompagnement à l’agriculture et à l’environnement, deux domaines extrêmement liés et interdépendants. Par le biais d’une subvention à l’Etat malgache, l’agence promeut l’amélioration de la productivité de l’agriculture de Madagascar pour près de 25 milliards d’Ariary. Les pratiques agroécologiques seront développées et les agriculteurs pourront bénéficier de soutien pour de l’achat de matériel.

L’AFD mise sur l’alternance
L’AFD intervient aussi dans le secteur de l’éducation. Pour ce faire, l’agence appuie le ministère de l’Éducation nationale ainsi que le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle. Grâce à ce partenariat tripartite, l’école supérieure en  informatique (ESTI) a été créée par la chambre des commerces et des industries d’Antananarivo, le GOTICOM et la CCI de Paris. Ce sera une grande première à Madagascar
dans la mesure où cet établissement adoptera un système de formation par alternance entre école et entreprise.

L’AFD soutient des dispositifs en alternance, une première  à Madagascar.
L’AFD soutient des dispositifs en alternance, une premièreà Madagascar.

L’objectif en 2017 est la réalisation rapide et efficace de tous les projets afin qu’ils deviennent une réalité pour les populations concernées. En outre, l’agence se penche déjà sur un projet dans le domaine de l’agriculture en partenariat avec la Banque mondiale.
Par ailleurs, des discussions sont déjà engagées avec le Ministère du Commerce pour appuyer la création d’une agence de promotion des exportations ou encore avec le Ministère de la Formation professionnelle pour mettre en place un fonds de financement de la formation, financé par et pour les entreprises.
A plus long terme, l’AFD projette d’entamer un projet afin d’améliorer la circulation et les équipements collectifs dans les quartiers défavorisés du Grand Antananarivo.

Dos4Jérôme Bertrand-Hardy – « L’année 2016 a été exceptionnelle »

Quel bilan tirer de 2016  ?
L’année 2016 a été relativement exceptionnelle puisque l’AFD a engagé 98 millions d’euros de nouveaux financements en faveur de Madagascar. L’Etat malgache est le premier bénéficiaire de ces financements mais l’AFD a aussi apporté des financements à des ONGs pour des actions variées allant de l’insertion des enfants des rues à la promotion de l’agroécologie.

Qu’est-ce qui explique l’ampleur de ces engagements en 2016 ?
Le retour à l’ordre constitutionnel et la diminution de l‘endettement de Madagascar ont permis à l’AFD de reprendre ses prêts à Madagascar en 2014. Il a fallu deux ans pour identifier, étudier et autoriser les financements qui sont arrivés à maturité au moment du Sommet de la Francophonie.

Quelles sont les perspectives pour 2017 ?
Notre priorité sera de travailler étroitement avec tous nos partenaires pour mettre en œuvre à la fois rapidement et efficacement les financements que nous venons de signer ! Pour autant, nous ne comptons pas réduire notre activité de préparation de nouveaux projets.

Page réalisée en collaboration avec l’AFD

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • C est bien, il faudrait aussi un suivi de ces allocutions pour leurs finalités soient au rendez vous et non détournées